• à Zemmour et Mélenchon


    Souvent, pour s’amuser, les électeurs volages
    Suivent de nouveaux venus,  souvent de beaux parleurs,
    Qui savent bien exprimer,  en lisant les sondages,
    Leurs angoisses et leurs peurs   et leurs tristes humeurs

    Mais à peine les ont-ils   au pinacle portés,
    Que ces rois de la tchatche,  ridicules et teigneux
    Laissent alors entrevoir   leurs minables visées
    Et des bouts de programme   passéistes ou ruineux.

    Désignés candidats,  ils deviennent doctrinaires
    Eux, naguère si brillant,  ils se montrent bornés.
    L’un s’inspire de régimes   vraiment totalitaires,
    L’autre admire des traîtres   qui ont collaboré.

    Les tyrans sont toujours   de parfaits séducteurs
    Mécontents du présent,   ils peuvent parfois nous plaire
    Mais par l’allée pavée   de très bonnes intentions
    Ils nous mènent toujours   au fin fond de l’enfer

    Charles Carlus ( Les pleurs du mâle) 


  • Ecoutant la recommandation de M. Mélenchon, de Mme Taubira  de chercher à convaincre les antivax plutôt que d’imposer le pass sanitaire et la vaccination, le premier ministre m’a chargé de relever les arguments antivax, de les analyser avec les personnes concernées et de faire des propositions.

    Trame du rapport :


     

    - Aujourd’hui le vaccin, demain un doigt, après-demain la sodomie ? (manifestant guadeloupéen)
    Certains penseront que c’est une réflexion homophobe… mais pas sûr ! Qu'il ait pris soin de faire précéder la sodomie d’un doigt préliminaire (et certainement lubrifié) me laisse penser qu'il pourrait être tenté par l’expérience…
    Proposition : on l'aide à franchir -discrètement- les trois étapes (vaccin-doigt-sodomie) et si les deux dernières étapes ne lui plaisent pas, on arrête tout.


     

    - Le vaccin rend stérile (un Antillais)
    Oui, bien sûr Les Etats-Unis, la France, la Grande Bretagne, l’Allemagne et tous les grands pays développés qui se sont massivement vaccinés auraient donc décidé un suicide collectif, décidé de disparaître de la planète en une génération pour laisser la place aux peuples du Tiers-monde non-vaccinés. C’est pas un tout petit peu débile profond de penser ça ?
    Proposition : A la chinoise, vacciner (donc stériliser) au moins tous ceux qui ont déjà des enfants


     

    - Combiné à la 5G, le vaccin permettra à Bill Gates de nous contrôler (Gilets jaunes)
    De penser que Bill Gates, Soros et quelques autres milliardaires ont envie de savoir si le samedi après-midi, tu fais tes courses chez Lidle ou chez Auchan, c’est une crainte qu'il faut prendre très au sérieux !

    Proposition : Vaccin suivi d'un retour au téléphone 2G, suppression de tous les outils susceptibles d'espionner les plaignants (Google Map, Facebook, Twitter, WhatsApp, Skype, GPS auto, connexion Wifi, Bluetooth, etc...)


     

    Les vaccins russes et les médecins cubains sont plus sûrs (Mélenchon)

    Ok bien sûr !

    Proposition : favoriser l’émigration des personnes concernées vers leurs pays rêvés. Avec interdiction définitive, bien entendu, de retourner !


     

    J’ai peur des piqûres (Hanouna)

    Ca c'est très con comme prétexte, mais pour certains, c'est peut-être tout simplement ça !
    Proposition : demander aux mamans des personnes concernées de les accompagner dans les centres de vaccination pour les immobiliser pendant la piqûre.


     

    Le Covid n’existe pas, en fait c'est la grippe ( un blogueur)
    Proposition : visite sans masque et sans gestes barrières dans un centre de réanimation covid


     

    Le vaccin va tuer trois milliards d’êtres humains (une scientifique)
    Proposition : Entretien avec un psychiatre


     

    Il y a des millions de gens qui font des effets indésirables, moi-même j’en connais des dizaines dans mon entourage.

    Curieusement, les vaccinés n'ont pas connaissance de "nombreux cas d'effets indésirables dans leur entourage" !

    Proposition : Puisque seuls les non-vaccinés ont connaissance de nombreux cas d’effets indésirables chez les vaccinés, le plus simple est de les vacciner et ils cesseront d'en voir


     

    Je n’ai pas assez de recul (un Guadeloupéen)
    Oui je comprends, mais si pendant qu’on avance, tu veux du recul, comment veux-tu que l’on... t'accule à te faire vacciner  ?
    Proposition : menacer les intéressés de leur donner l'autonomie


     

     

     

     


    votre commentaire
  • On a tellement l'habitude d'entendre la publicité utiliser le verlan des quartiers que ça fait du bien de voir une pub utiliser l'argot des anciens, celui d'Audiard, de Gabin, de Blier. 

    Quand, en plus, c'est pour rappeler que, contrairement à ce que l'on croit, ce sont les vieux qui sont les principaux fournisseurs d'organes, ca mérite le coup d'œil. 

    Déniché à l'hôpital Saint Louis

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le texte est le suivant  :

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     PS : Rappelons que le premier donneur d'organe fut notre brave ancêtre  Adam qui n'a pas hésité à céder une côte pour donner la vie à sa compagne, la jolie Eve.

     

     

     

     

     


  • Sur l'air de la Parisienne de Marie-Paule Belle ( si on y arrive, parce que parfois ça part en vrille)

     

    Quand j’écou-te les discours des présidentia-bles
    Je constate qu’ils sont sérieux compétents et fiables
    Mais je ne milite pas et je ne comprends pas
    Et tout cela me complexe
    Je ne suis qu’un gros nigaud... ça me vexe

    Je ne voterai pas Le Pen
    Car les gènes, ça me gêne
    Encore moins le Eric Zemour
    Car c’est Pétain le retour
    Et le tribun Mélenchon
    Trop ronchon et trop con
    Et je trouve qu’Anne Hidalgo
    est vraiment trop démago
    Le candidat écolo
    nous propose un monde rétro
    Je ne crois pas le Barnier
    Quand il parle des immigrés
    Je me méfie de Bertrand
    Il n’est pas très convaincant
    Dupont-Aignan, Philippot
    C’est complot après complot
    après complot

    Puis j’ai fait la connaissance d’un groupe d’amis
    En train de manifester tous les samedis
    Contre les taxes, les vaccins et Jacques Attali
    l’élite et tutti quanti
    J’avoue que j’en ai été... fort surpris


    Je ne suis pas Gilet jaune
    Dieu m’pardonne, Dieu m’pardonne
    Et je ne suis pas  Black block
    Ca me bloque, ca me bloque
    Je n’suis pas non plus marxiste
    Ni maoïste ni trotskiste
    Je ne suis pas pétainiste
    Je préfère les gaullistes
    Je n' suis pas indigéniste
    Que c’est triste, que c’est triste
    Je ne suis pas islamiste
    ni même islamo-gauchiste
    Je n'suis pas non plus un woke
    tout le temps dans la provoc
    Je ne suis pas souverainiste
    Et même pas mondialiste
    pas mondialiste

    Tu vois, me dit Emmanuel en se rhabillant,
    Moi je te la mets quand même un peu moins profond
    Car si tu ne m’aimes pas, tu n'es pas assez con
    pour offrir ton fondement
    à qui veut te mettre en plus... un bâillon.

     

     


  • Françaises, Français, mes chers compatriotes

    Résorber les déficits publics, c'est d'abord réduire la dépense publique, puisque vous semblez faire un caca nerveux sur la moindre augmentation d'impôt. Alors je vous l'annonce solennellement : j'ai pris la décision de réduire la dépense publique dans TOUS les secteurs.

    Je dis bien : REDUIRE LA DEPENSE PUBLIQUE DANS TOUS LES SECTEURS !

    TOUS !  A part, bien entendu, quelques rares exceptions :

    - la santé qui, par nature, n'a pas à être soumise à une logique comptable

    - la protection sociale et les retraites déjà mises à mal par le gouvernement précédent

    - la culture que l'on ne saurait traiter comme une vulgaire marchandise soumise aux lois du marché

    - l'éducation nationale, bien entendu, car c'est l'avenir de la France qui se prépare là

    - la défense, les récents événements nous ont bien montré que nous vivons dans un monde dangereux

    - la justice, qui manque cruellement de moyens et qui a du retard à rattraper

    - la diplomatie, car la France n'est la France que quand on lui donne les moyens d'adresser son message au monde

    - la recherche, qui est la clé du développement, tout le monde le sait

    - le programme spatial, car tout retard dans ce domaine serait irrattrapable

    - le nombres d'élus, car ils sont l'expression vivante de notre démocratie

    - le nombre de collectivités départementales, sous peine de remettre en cause l'héritage de la révolution française

    - le nombre de régions, car ce serait pure démagogie que de le faire

    J'ai, en conséquence, demandé au gouvernement qu'il réduise de façon drastique le budget consacré aux anciens combattants et notamment ceux de la guerre 14/18.

    Et dans le cas où quelques autoproclamés "poilus" descendraient dans la rue pour défendre des intérêts particuliers au mépris de l'intérêt général, nous saurons leur répondre de la façon la plus ferme et continuer à mettre en œuvre avec la plus grande détermination la politique courageuse qui a toujours été la nôtre depuis deux ans.

    A bon entendeur, vive la République, vive la France

     

     

     


  •  ou Comment François 1er devint roi

     1) Normalement, il sera roi

    Louis XII et Anne de Bretagne n'ont pas de fils, mais une fille, Claude. A ce stade, l'héritier du trône est le cousin François. En plus, François, pour plus de sûreté, épouse Claude, ce qui conforte son statut d'héritier de Louis XII.

    2) Ah merde, il ne sera pas roi

    Mais quand Anne de Bretagne meurt en 1514, Louis XII, 52 ans, décide d' épouser Mary Tudor, ravissante jeune femme de 18 ans et soeur du roi d'Angleterre Henri VII.

    Si elle lui donne un enfant mâle, c'est cet enfant qui sera roi. François chargé de l'accueillir à son arrivée en France est charmé et inquiet à la fois : jolie, de grands yeux bleus, une abondante chevelure dorée, des "lèvres humides", bref, tout ce qu'il faut pour réveiller un mort et peut-être même son cousin Louis XII chétif et malade.

    "Et en effet le lendemain de la nuit de noces, on vit sortir de sa chambre un roi gaillard qui répétait à qui voulait l'entendre : Suis tout vaillant, suis tout vaillant !" (1)

     3) Super, il sera roi

    Après deux mois de vaillance, Louis XII tombe dans un coma dont il ne se relèvera plus. François se prépare à devenir roi de France dès que Louis XII aura trépassé, ce qui n'est plus qu'une question de jours, selon les médecins.

    4) Ah merde, il ne sera peut-être pas roi

    Mais peu de temps après, on apprend avec effroi à la cour que la jeune Mary a un amant depuis deux ans, un certain Charles Brandon, duc de Suffolk, arrivé avec elle en France avec le titre d'ambassadeur ! Putain de merde, se disent François et sa mère, il ne manquerait plus qu'il la mette enceinte ! L'enfant serait considéré comme l'héritier de Louis XII.  Et alors adieu, veau, vache, cochon, couvée...!

     5) Mais si,  il sera roi ! 

    François et sa mère se précipitent chez l'ambassadeur Suffolk et lui offrent 50.000 livres de rente à condition qu'il s'éloigne de Mary jusqu'à la mort du roi. Pour plus de précautions François le loge chez sa propre maîtresse avec mission pour elle de l'occuper nuit et jour. Et lui, François, de son côté, décide de ne pas lâcher Mary d'une semelle pour être sûr qu'elle ne lui fasse pas un enfant dans le dos !

    6) Ah le con, il ne sera pas roi !

    Mais la jeune Mary, qui s'amuse de la situation, (ou qui a envie de devenir Reine-mère)  fait de François son amant ! Ce ne fut pas bien difficile : François n'a jamais su résister aux femmes !

    François se laisse alors aller à l'insouciance de l'amour en compagnie de Mary. Il est amoureux, il partage son lit, et ne pense plus à rien d'autre. Sa mère, furieuse, vient lui rappeler que si Mary tombait enceinte maintenant, ce serait légalement de Louis XII et que ce serait cet enfant qui serait roi et pas son nigaud de géniteur ! Mais François "se mourait d'amour" et continua à partager la couche de la jolie Mary, en promettant peut-être à sa mère de "prendre ses précautions"  !

    7) Mais si , mais si ! il sera bien roi

    Sa mère décide alors avec la complicité de Claude, l'épouse de François, que celle-ci dormirait dans la même chambre que Mary jusqu'à la mort du roi, officiellement pour assister dans ses prières la jeune épouse éplorée.

    Louis XII finit par mourir le 1er janvier 1515. Avant de déclarer François roi de France, il fallait encore attendre le délai légal de six semaines pour être sûr que le défunt roi n'avait pas mis enceinte sa jeune épouse avant de trépasser. Par précaution, on envoya la jeune veuve durant cette période dans un couvent, avec interdiction de recevoir, ni de communiquer avec l'extérieur.

     8) Aie aie aie, il ne sera donc pas roi ?

    Et vous savez ce qu'elle fit dans son couvent, la jeune Mary ? Hé bien, pour s'amuser jusqu'au bout (elle n'avait que 18 ans après tout !) en entassant progressivement du linge sous ses vêtements, elle fit croire pendant deux semaines à la cour, à François et à sa mère, qu'elle était enceinte ! Mais ce petit jeu ne pouvait pas durer bien longtemps ! La supercherie découverte, elle déclara qu'elle n'était pas enceinte ce qui mit fin au délai de viduité. Elle aura été reine de France du 9 octobre 1514 au 1er janvier 1515, soit un peu moins de trois mois.

     9) Ouf, il est roi ! Et quel roi !

    François 1er fut donc proclamé Roi de France le 25 janvier 1515.

    Mary, elle, malgré toutes ces aventures, n'avait jamais eu qu'un amour dans sa vie. Elle l'épousa et devint Mme Brandon duchesse de Suffolk.

    ____________________________________________________

    Petite Mary , 16 ans, reine de France

     

    (1) Source : Jean Duché - L'histoire de France racontée à Juliette - Tome II  - Éditions J'ai Lu (livre de ma jeunesse, aujourd'hui épuisé, et retrouvé -d'occasion- sur Amazon pour mon plus grand bonheur)

     

     

     


  •  

     

    Le voile islamique Hijab serait donc en Europe  associé à la liberté, à la beauté et à la diversité selon une campagne financée par l'Europe.

    Mais ailleurs,  dans le reste du monde, qu'en est-il de la beauté et de la diversité symbolisées par le voile ?

    _______________________________________________________________

    En Iran par exemple ?

    Le Hijab, symbole de liberté

    ______________________________________________________________

     ou au Pakistan ?

     

    _______________________________________________________________

    Ou en Afghanistan ?

     

      _______________________________________________________________

     

     

     

     


  • La guerre commence par des émotions mais se gagne par la réflexion. Et si c'est souvent le plus fanatique, le plus énervé, le plus belliqueux qui gagne dans un premier temps, c'est le plus intelligent,  le plus stratège qui finit par l'emporter.


    Dans les moments où l'Histoire semble s'accélérer, je pense souvent, je ne sais pas pourquoi, à deux généraux : César et de Gaulle.

    Enfin si, je sais pourquoi !
    Les Gaulois (enfin… plus exactement les différents peuples qui constituaient la Gaule) n'avaient pas de traditions écrites. Résultat : pendant longtemps, la seule source de connaissance des historiens sur cette civilisation, sur la "vie quotidienne des Gaulois au temps de Vercingétorix" fut un ouvrage écrit pour sa propre gloire par un général romain qui leur faisait la guerre : Jules César. Il leur faisait la guerre et pourtant les historiens d'aujourd'hui considèrent que, à part quelques points de détails destinés à forger sa légende, il n'y a rien de fondamentalement faux dans la description que César fait de la Gaule.

    Les grands hommes d'état ne sont pas des gens ordinaires. Ils savent qu'ils travaillent (et qu'ils écrivent) pour l'Histoire et ne sont donc pas tentés par les techniques de propagande médiocres de leurs contemporains faites de mensonges, de mépris et de dénis de réalité. César a voulu comprendre la Gaule et les Gaulois avant de leur livrer bataille.

    De Gaulle m'a toujours fait penser à César : L'un et l'autre étaient des généraux qui avaient de grands projets politiques pour leurs pays qui ne se réduisaient pas à "mater la rébellion" et maintenir le statu quo. Encore moins à retourner en arrière. Les deux ont étudié leur époque avant d'agir. Les deux avaient une vision globale de ce qu'ils voulaient faire de leurs pays. Les deux étaient des aristocrates pétris de culture classique, maniant parfaitement leur langue et qui, sans être des écrivains au sens propre du terme, ont laissé dans la littérature des œuvres de grande qualité. Le premier a "romanisé" la Gaule après l'avoir vaincu. Construire des routes et des aqueducs, moderniser l'administration, assurer la sécurité sur le territoire conquis, ce n'était pas banal à cette époque. Mais le résultat fut que les "guerres des Gaules" ancestrales se sont définitivement terminées et qu'aucun Brennus n'est venue par la suite dire aux romains "Malheur aux vaincus".

    De Gaulle, lui, a pris en charge une décolonisation qui était inévitable, mais que seule la gauche communiste revendiquait. Sa vision de l'avenir,  il l'avait déjà exprimé dans plusieurs ouvrages écrits avant de rencontrer l'Histoire. Il a dit d'ailleurs quelque part que la meilleure école de commandement était la culture générale. Il fit l'analyse, en pleine guerre d'Algérie, au milieu des cris de haine et des passions, que l'intérêt de son pays n'était pas de "mater la rébellion", au prix fort de surcroît et de maintenir le statu quo. Partant de l'analyse que, d'une part, les colonisés deviendraient un jour majoritaire et d'autre part, qu'on ne pourrait pas éternellement les exclure du corps électoral, il fit le choix, contre la majorité des Français qui l'avait élu, de signer l'indépendance de l'Algérie et de proposer aux autres colonies des formes d'indépendance-association plus ou moins souples. 

    Peut-être qu'un jour pas si lointain, viendra un grand homme d'Etat qui, comme César, comprendra que la pauvreté mène à la guerre et que aider les autres peuples à se développer économiquement et à rester chez eux est dans notre propre intérêt, et qui, comme de Gaulle, aura l'intuition que notre pays n'a pas une capacité illimitée à absorber massivement des populations ayant des cultures trop différentes de la nôtre.


  • Dans la rubrique "les grands hommes sont des enculés comme les autres", voici la mésaventure du matelot Rodrigo qui fut le premier à découvrir l'Amérique.
    Enfin... l'Amérique ! les Bahamas, mais ça revient au même !

    Alors que le voyage commençait à devenir interminable après plus d'un mois de navigation (loin des 15  jours prévus au départ) et que l'équipage était épuisé et inquiet, l'Amiral Colomb craignant une mutinerie, proposa, pour occuper et motiver ses hommes, une forte récompense de plusieurs milliers de maravédis à celui qui verrait le premier la terre.

    Le gagnant fut Rodrigo Triana, un simple matelot qui, du haut de son poste de vigie, découvrit,  le 12 octobre 1492, en pleine nuit, l'île qui deviendra plus tard les Bahamas. Il cria "Terre !!!" et fit le signe convenu à Christophe Colomb qui était  sur le pont.  Ce dernier put enfin respirer : non seulement sa mission n'allait pas se terminer par une catastrophe mais il savait qu'il entrait à ce moment-là dans l'Histoire de la navigation pour avoir trouvé la route maritime des Indes.

    Au moment de repartir, Rodrigo demanda audience à l'Amiral pour réclamer sa récompense. Celui-ci lui répondit que c'était lui, Christophe Colomb, qui avait vu la terre le premier et qu'il s'était juste tourné vers la vigie à ce moment-là pour avoir confirmation qu'une deuxième personne l'avait vu.
    Rodrigo réfléchit deux secondes sur l'état des forces en présence : d'un côté, lui, simple matelot tout en bas de la hiérarchie, face à lui un Amiral de la Marine Espagnole, mandaté d'une mission de la plus haute importance par Ferdinand et Isabelle roi et reine très catholiques d'Espagne.

    Il prit le parti de féliciter l'heureux gagnant et de fermer sa gueule.

    Lot de consolation posthume : il a sa statue à Séville

     

    Quand Rodrigo découvrait l'Amérique

     


  •  Est-ce ainsi que les hommes vivent ?

     

     

     

     

     

     

    Elle était brune et pourtant blanche
    Ses cheveux tombaient sur ses hanches
    Et la semaine et le dimanche,
    elle ouvrait à tous ses bras nus
    Elle avait des yeux de faïence
    et travaillait avec vaillance
    Pour un artilleur de Mayence
    qui n'en est jamais revenu

    Est-ce ainsi que les hommes vivent ?
    Et leurs baisers, au loin, les suivent

    Il est d'autres soldats en ville
    Et la nuit, montent les civils
    Remets du Rimmel à tes cils,
    Lola, qui t'en iras bientôt
    Encore un verre de liqueur,
    Ce fut en avril à cinq heures
    Au petit jour que dans ton cœur,
    Un dragon plongea son couteau

    Est-ce ainsi que les hommes vivent ?
    Et leurs baisers, au loin, les suivent

    Est-ce ainsi que les hommes vivent ?(extraits)
    Aragon   
    (mis en musique par Léo Ferré) 






    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires