• La preuve :

    Je suis un démocrate attaché aux droits de l’homme et au progrès social.

    Oui enfin… soyons clair ! Je ne suis pas non plus quotidiennement écœuré par les mauvais traitements faits aux assassins d’enfants, aux violeurs et aux terroristes ! Si de temps en temps, il me vient la plus petite compassion pour ces gens-là, c’est plus fort que moi, je me mets à penser à leurs victimes et ça s’arrête net ! Me retrouver dans le camp des "belles personnes" simplement parce que j’aurais de la compassion pour les crapules, merci mais c'est non !

    Et quant au progrès social, s’il consiste à créer sans cesse de nouveaux impôts en les baptisant d’appellations généreuses (social, solidarité…) , je me revendique plutôt conservateur voire rétrograde !

     

    Je suis à l’écoute des gens et des idées nouvelles.

    Enfin… soyons clair ! J’écoute qui je veux, qui j’ai envie d’écouter et c’est déjà pas mal, je trouve ! J’ai l’écoute amateur, ludique, pas systématique ! J’écoute avec bonheur Finkielkrault mais pas Onfray, Fabrice Luchini mais pas Torreton, je me fais monter l’adrénaline avec Mélenchon et Zemmour (mais je me fais chier parfois à écouter Macron et Christophe Barbier).

    Quant aux artistes "révoltés " de ce siècle, je leur chie dessus. L’idée que je devrais essayer de comprendre d’où vient la révolte de ces grandes victimes de notre société que sont Joey Starr, Bouba, Medine ou Orelsan me donne des envies de meurtre.

     

    Je ne suis pas croyants mais je respecte les croyants.

    Enfin… soyons clair ! Je respecte ( et même, j'admire)  ceux et celles qui consacrent leurs existences à leur Dieu en s’enfermant dans des monastères ou en partageant la vie des lépreux. 

    Ce qui exclut, bien entendu, curés pédophiles, rabbins intégristes, imans djihadistes, ayatollahs lapideurs et même gourous bouddhistes "éveilleurs de consciences" chiants comme la lune ! Et pour aggraver mon cas, je ne mets pas l’Islam au même rang de dangerosité que les autres religions. Mais je mets les musulmans au même rang d’humanité que les autres croyants (je te l’avais bien dit que j’étais politiquement correct).

     

    Je suis Européiste convaincu.

    Enfin… un pro Union Européenne pour être exact.

    Oui parce que… soyons clair, L’Europe des nations, l’Europe des peuples, l’Europe social, une autre Europe, l’Europe des schtroumpfs sont des slogans inventés par des charlatans pour baiser des couillons. Des charlatans qui veulent fermer portes, fenêtres et frontières pour interdire tranquille, pour torturer en silence pour massacrer en toute impunité au nom du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes.

     

    Je trouve que j'ai toujours raison !

    Comme toi, penses-tu, cher lecteur ? Non non, soyons précis : moi, je me prends pour Dieu, regardant avec colère ou avec un sourire amusé les débats entre humains, sachant ce qui est vrai et ce qui est faux, qui a tort et qui a raison ! Comme toi, là aussi ?  Ah OK alors !

    Alors comme toi, je regrette de ne pas être ce Dieu tout puissant qui pourrait régler tous les problèmes du monde avant même qu'ils ne se posent. 

    Et tu sais quoi ? Si c’était le cas, je te jure qu’il y aurait beaucoup moins de gens qui se réclameraient de moi sur cette misérable planète  !

     

     

     

     


  • Mustafa El Atrassi est un humoriste français. Il a travaillé pour Ruquier et pour Ardisson. Il a même eu sa propre émission sur je ne sais plus quelle chaîne.

    Mustafa El Atrassi aime Benzema. C'est son droit.

    Mais il n'aime pas ces chiens de Français  (Griezmann, Giroud, Deschamps...) qui, pour lui, n'ont rien à faire dans l'équipe de France. 

    Cinq minutes pour comprendre ce que l'on appelle à tort le racisme anti Francais mais qui est plutôt  la haine du Gaulois (ou supposé tel)  !

     


  •  

    Hé bien voilà !

    Moins d’un mois après la condamnation unanime (y compris par certaines associations de victimes du terrorisme) des propos de Trump sur le drame du Bataclan (voir article précédent) une association de victimes nous donne une juste idée de ce que certains aujourd’hui appellent le respect dû aux victimes du terrorisme.

    Un rappeur islamiste, Medine (c’est le nom de scène qu’il s’est choisi !) a programmé un concert au Bataclan.

    Extraits des paroles des chansons dudit rappeur

    "Crucifions les laïcards comme à Golgotha."

    "Si j’applique la Charia les voleurs pourront plus faire de main courante."

    "Marianne est une Femen tatouée 'Fuck God' sur les mamelles."

    "J’mets des fatwas sur la tête des cons…"

     

    Face aux nombreuses protestations, voici la position d’une association de victimes, Life for Paris : elle choisit de soutenir "la liberté de programmation" de la salle et ne souhaite pas interférer dans les choix artistiques du Bataclan.

    "Nous ne sommes pas un organe de censure et ne souhaitons absolument pas être mêlés à cette polémique lancée par la droite et l’extrême droite, encore moins quand il s’agit d’utiliser la mémoire des victimes."

     

    Pauvres de nous ! massacrés par des islamistes, insultés par des rappeurs, humiliés par des gens censés représenter les victimes !

    Me vient à l’esprit ce beau poème triste et désespéré d’Aimé Césaire qui a été écrit contre nous mais qui pourrait aujourd'hui s'appliquer à nous :

    Hors des jours étrangers ( extraits)

     

    Mon peuple

    quand, hors des jours étrangers

    germeras-tu une tête tienne

    sur tes épaules renouées

    et ta parole

     

    le congé dépêché aux traîtres

    aux maîtres

     

    quand

    quand donc cesseras-tu d’être le jouet sombre

    au carnaval des autres

    ou dans les champs d’autrui

    l’épouvantail désuet

     

    demain

    à quand demain mon peuple

    la déroute mercenaire

    finie la fête

    (...)

    Aimé Césaire


  • Qu’est-ce qui peut bien , dans les propos de Trump, choquer à ce point certaines associations de victimes du terrorisme ?

    Bon, l’affaire est entendue : Trump est un gros beauf stupide, vulgaire et toujours grossier dans ses propos. Le provocateur absolu, l’antéchrist dans toute son horreur !

    Et pour vous dire la vérité, cher lecteur, je ne l’aime pas du tout !

    Quand il parle des femmes il est vulgaire.
    Quand il parle d’Obama, il est stupide.
    Quand il parle en général il est grossier.

    Aussi, quand il parle des victimes des attentats terroristes, il est vulgaire, grossier et stupide.

    "Pan ! Au suivant ! Pan ! Au suivant !"

    C’est con, c’est minable, nous sommes d’accord ! Mais c’est sa façon de parler habituelle. Sur le fond, personne ne le soupçonne d’être un ami des terroristes du Bataclan ni même d’être bienveillants avec eux ! Alors, qu’est-ce qui peut bien choquer à ce point tant de gens et spécialement certaines associations de victimes du terrorisme ?

    Qui insulte la mémoire des victimes du terrorisme ? Le con qui dit qu’on les a abattus à la chaîne comme des bestiaux à l’abattoir ou l’islamologue au langage châtié et mesuré qui parle avec tendresse de ces « jeunes » qui ne seraient devenus radicaux qu’en raison des inégalités sociales dont ils auraient été victimes dans notre pays ?

    Qui insulte la mémoire des victimes ? Celui qui montre (de façon crapuleuse, on est d’accord) des images d’exactions de Daech ou ceux qui demandent le retour en France de ceux qui ont commis ces exactions pour leur permettre d’échapper à la sévérité de la justice des pays où ils ont commis leurs crimes barbares ?

    Et puis, c’est quoi la protection de la mémoire des victimes ? Ce serait un copyright sur la forme et sur le fond accordé à chacune des associations de victimes sur la façon d’évoquer les attentats terroristes ?

    Les dites associations de victimes du terrorisme n'ont rien à dire à Tarik Ramadan et à son frère ? rien à redire à certaines analyses d’Edwy Plenel ? aucune protestation à l’encontre de Danielle Obono et de Houria Boutelja ? Tous ces gens-là sont irréprochables s’agissant de la mémoire des victimes du terrorisme ?

    La seule façon de respecter la mémoire des victimes serait donc de répéter ad nauseum  : "vous n'aurez ma haine", " il faut s'attaquer aux causes ", "non à la loi du Talion" ?

     

     


  • Analyse sémantique à l’attention des dirigeants prolétariens officiant à Tolbiac 

    Pour tenter de justifier les préparatifs "insurrectionnels" à Tolbiac (tour de garde, barricades et poste de contrôle entre les étages, cocktail Molotov), et aussi pour préparer la "convergence des luttes" qui ne manquerait de se produire après qu'un des étudiants aurait (forcément !) été blessé lors de l'assaut, bref, pour ne "rien lâcher" et pour motiver les troupes,  les trotskistes affirmaient que la police préparait un bain de sang. 

    Oui oui, un bain de sang , rien que ça  !

    Finalement, ça a eu l'effet inverse : à la vue du premier casque de garde mobile, ils ont tous détalé comme des lapins pour échapper au bain de sang annoncé !

    Pour ne pas perdre complètement la face, les organisateurs décident d'envoyer une militante (déguisée en étudiante de base) expliquer à la presser qu'ils ont reçu, (ô mon Dieu, les pauvres !)... des coups de pieds 

    Bon, nous sommes d'accord, camarades intellectuels au service du prolétariat, "coup de pied au cul" c'est franchement moins classe que "bain de sang", "répression sanglante",  ou même "intervention brutale". 

    Mais en même temps, ça a l'avantage de mieux coller à cette "réalité"  dont vous émaillez tous vos discours sans jamais comprendre de quoi il s'agit exactement !

    Alors un conseil, camarades fer de lance du prolétariat, avant-garde clairvoyante, continuez dans cette voie : adaptez vos slogans et vos mots d'ordre à la réalité. La prochaine fois ne dites plus :

    le pouvoir capitaliste va  envoyer ses forces de répression procéder à un bain de sang 

    mais 

    Le pouvoir capitaliste va  envoyer ses forces de répression libérer le passage à coups de pieds au cul .

    Comme ça au moins vous collerez davantage à la réalité et, en plus, vous serez moins ridicules car vous pourrez dire : Nous l'avions annoncé !

     


  •  C’est hors du Moyen Orient que se sont développées les grandes religions chrétiennes,  orthodoxe et catholique. Dans la région, les chrétiens ont toujours été divisés en une multitude de sectes se réclamant tous du Nouveau Testament mais chacune accrochée qui à un saint particulier, qui a un point de doctrine, qui à une région particulière.

    Les religions chrétiennes recensées en Syrie et au Liban sont :

    - les grecs-orthodoxes,

    - les melkites (ou grecs-catholiques),

    - les catholiques romains (de rite latin),

    - les maronites,

    - les arméniens-apostoliques,

    - les arméniens-catholiques,

    - les syriaques-orthodoxes,

    - les coptes,

    - les assyriens,

    - les chaldéens

    - les protestants

     

    Et ce ne sont pas que des nuances : au Liban par exemple, la Constitution précise que la présidence de la République est exercée par un chrétien Maronite. Par contre pour l’équilibre parlementaire, c’est moitié chrétiens, moitié musulmans (toutes obédiences confondues des deux côtés).

     

    Joyeuses Pâques

     

    Joyeuses Pâques

     

     


  • L'Humanité sort un numéro hors-série intitulé : 

    Marx : le coup de jeune

     

    Et c'est pas faux, à vrai dire ! Le plus célèbre dirigeant actuel se réclamant de l'idéologie marxiste est âgé de trente ans à peine !

     

    Mais plus sérieusement, il y a aussi ce blogueur qui fait, dans "le blog de Mediapart", l'éloge critique du marxisme façon crétin d'ultra gauche : 

    "Les idées de Marx ont fait l’objet du plus grand rapt idéologique de l’histoire moderne ! De l’Union soviétique à la Chine, au Cambodge, au mur de Berlin. « Protégez-moi des marxistes », a averti Marx lui-même. C’est pourquoi mon co-auteur Pascal Bonitzer et moi avons choisi d’éviter les éminents « théologiens » et interprètes marxiens et sommes allés directement à la source."

    Il y a encore des gens pour croire que le marxisme pourrait aboutir à autre chose que ce à quoi il a aboutit jusqu'ici ! Des dizaines et des dizaines d'expériences marxistes ont eu lieu un peu partout dans le monde, en Russie, en Europe, en Amérique latine, en Asie et toutes, toutes sans exceptions, ont abouti au même résultat : absence totale de liberté,  famines et pauvreté accrues, assèchement culturel total,  culte puéril de la personnalité, massacre et emprisonnement d'opposants ! 

    Le même bilan, le même résultat partout où le marxisme a été mis en oeuvre et il y a encore des connards pour penser et pour dire sans rougir que ce n'est pas le "vrai marxisme", que le marxisme a été dévoyé, que si on appliquait le "vrai marxisme" ce serait le paradis sur terre  (oui un peu comme... mais bon, ce sera l'objet d'un autre coup de gueule) 

    La connerie humaine est sans limite.

    La seule consolation est de savoir que les connards de ce genre ne seront pas les derniers à être exécutés sommairement  pour avoir été des "sociaux-traîtres, des renégats et des révisionnistes" par ceux qui se réclament (et eux, à juste titre !) du "vrai marxisme" ! 


  •  

    Contrairement à ce que l'on croit, le mouton ne sert pas seulement de chair à canon pour généraux en quête de médailles ou pour djihadistes en quête de vierges. 

    Il est aussi utilisé par de nombreux autres groupes qui comptent beaucoup sur lui pour faire avancer leurs "légitimes revendications".

    Un exemple, comme ça, entre mille ?

    Le mouton a une semaine de vacances et a économisé toute l’année pour acheter un billet d’avion ou de train pour aller se dorer au soleil ou retrouver sa famille. Une semaine, juste une semaine ! Il n’avait pas de quoi s’en payer davantage, ce con de mouton !

    Sauf que le jour de son départ, on lui apprend que les pilotes ou les hôtesses de l’air ou les stewards ou les bagagistes ou les sous-traitants ou les contrôleurs aériens ou les cheminots ou les routiers ou les chauffeurs de taxis ont urgemment besoin de lui pour faire avancer leurs légitimes revendications.

    Il est donc prié d’annuler, toute affaire cessante, sinon toutes ses vacances, du moins quelques jours, et de passer deux ou trois jours de galère à prendre le taxi pour rentrer chez lui et revenir chaque jour vérifier si un vol est disponible, et ceci au nom de la solidarité entre travailleurs !

    Mais si, vous savez ? La solidarité à sens unique que les moutons ont le devoir de manifester envers les pilotes d’avion, les contrôleurs aériens, les cheminots et les hôtesses de l’air payés… Non ! pas de délation, ce serait démagogique de divulguer de telles informations ! De toute façon, c’est beaucoup moins que les salaires du CAC 40 !

    Il pourrait répondre, le mouton, : " mais vous, camarades, quand ce sera votre tour de partir en vacances, vous allez bien profiter de l’intégralité de votre séjour ! Personne ne vous demandera de les annuler pour m'aider, moi ! Alors pourquoi c'est moi, et moi seul qui devrait annuler mes vacances ? "

    Il pourrait… mais il ne dira rien, évidemment ! Un mouton, c’est fait pour être abattu ou tondu dans le meilleur des cas ! Et il en est conscient ! D’ailleurs, si l’un d’entre eux, devenu enragé, posait la question, on lui répondrait "mais enfin, misérable, le droit de grève est inscrit dans la constitution" !

    Et il se dépêcherait de répondre " ah oui, c’est vrai, pardon, j’avais oublié !".

    Ben oui, pauvre mouton, le droit de grève est inscrit dans la constitution ! Ce n’est pas le cas de tous les droits ! Le droit de voyager, le droit d'aller au boulot, le droit de prendre des vacances, le droit d’aller voir sa famille, le droit de se déplacer, tout ça, c’est pas inscrit dans la constitution !

    Seulement le droit de grève et particulièrement quand c'est déclenché par quelques dizaines de petits futés  placés dans des rouages essentiels de la société et que ça fout dans la merde des centaines de milliers voire des millions de moutons !

    Mais ne nous plaignons pas : c'est la fonction qui nous est dévolue dans cette société, à nous les moutons ! Il ne manquerait plus que ça, que nous arrêtions de bêler et que nous nous mettions à hurler ou même seulement à gueuler ! Ce serait contre-nature.

    De toute façon, ça ne servirait à rien : Les autres gueuleraient encore plus fort que nous ! Ca aussi, ils savent faire.

     


  •  

     

    Hivers à Paris

     

    Hiver à Paris


  •  

    Principe n° 1 : Faire intervenir uniquement les familles et surtout les femmes (mères, tantes, soeurs) 

    Les frères barbus, en djellaba, ayant un fort accent ou ne maîtrisant pas parfaitement le français comprendront qu'à ce niveau, ils doivent se montrer discrets, leurs interventions pouvant se révéler contre-productives.

     

    Principe n° 2 : Mettre en avant des raisons juridiques et morales.

    Exemples : Absence de tribunaux compétents dans les pays concernés, régimes non-démocratiques, existence de la peine de mort.

    Les familles et leurs avocats devront bien insister sur le fait que les proches dont elles demandent le retour sont des Français et donc, à ce titre, attachés aux principe de la démocratie, au respect des droits de la défense et opposés à la peine de mort.

    On pourra utilement rappeler que si leurs victimes syriennes et irakiennes n'ont pas bénéficié de ces droits démocratiques, c'est parce qu'elles n'étaient pas... françaises, justement  !

     

    Principe n° 3 : Pour certains, affirmer qu'ils étaient partis en Syrie faire de l’humanitaire et même, que les organisations qu'ils ont rejointes étaient, stricto sensu,  si les mots ont un sens, des Organisations Non Gouvernementales (ONG) 

     

    Principe n° 4 : Bien insister sur le fait qu’on demande le retour des intéressés "pour être jugés en France"

    A ce niveau, il convient d'éviter de proférer les critiques que nous adressons habituellement à la justice française (raciste, islamophobe, discriminatoire, etc.) La Justice française doit être présentée à ce stade comme objective, respectueuse des droits de l’homme et des droits de la défense.

     

    Principe n° 5 : présenter les frères et les sœurs djihadistes retenus en Syrie comme des victimes :

    - d’abord victime de mauvais traitements de leurs geôliers actuels (récit de leur détention, de leurs interrogatoires, description de leur cellule, etc.)

    - ensuite victimes d’un effroyable malentendu : partis à la découverte d’un idéal merveilleux, ils et elles ont rencontré l’horreur de la guerre.

    Nota Bene : Pour décrire l’horreur de la guerre, on évoquera exclusivement les bombardements de la coalition .

     

    Principe n° 6 : une fois qu’ils seront rentrés en France, insister sur le fait qu’il n’y a pas assez de preuves pour les condamner.

    Si les Kurdes, les Syriens ou les Irakiens fournissent des preuves, affirmer que ces pays sont d’infâmes dictatures et que leurs preuves n’ont aucune valeur juridique. Ajouter qu’il serait scandaleux que la France aide Bachar à réprimer ses opposants. 

     

     

     






    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires