• Ce qu'il y a de terrifiant dans le racisme, c'est son caractère complètement irrationnel.  Les antiracistes se disent peut-être que quand ils auront bien expliqué aux blancs et aux noirs qu'ils sont égaux, le problème sera réglé ! Ben non, car le problème, par nature, échappe à tout raisonnement et à toute rationalité quand on est plongé dedans ! Le racisme, c'est de "l'intime convition" et collective en plus, jamais du raisonnement ! Ce n'est que de l'extérieur qu'on s'aperçoit que c'est absurde ! Démonstration par l'image !

    ____________________________________________________

    Hutus et Tootsies

    Le racisme expliqué aux cons

     

    Regardez bien cette affiche d'une campagne de réconciliation entre Hutus et Tootsie au Rwanda.  La campagne a pour objectif d'expliquer aux communautés respectives de ces deux hommes qu'ils sont égaux et frères.  Vous, vous l'auriez deviné tout seul ? Hé bien pas eux !  Pour eux, ils sont de "races" différentes et se sont entretués pour ça.   

    ____________________________________________________

    Race aryenne

    La race aryenne dans la propagande nazie est représentée comme ça :

    Le racisme expliqué aux cons

    Tous blonds aux yeux bleus ! Pas une exception ! Il n'y a pas de bruns aux yeux noirs dans la race supérieure ! 

    A quoi ressemblent les promoteurs de cette idéologie ?

    En voici un, Goebbels 

    Le racisme expliqué aux cons

     

    En voici un autre (aux yeux bridés),  Himmler 

    Le racisme expliqué aux cons

     

    En voici un troisième Rudolph Hess

    Le racisme expliqué aux cons

    Comment tous ces gens ont pu adhérer au mythe de la race supérieure du grand blond aux yeux bleus sans jamais se dire un jour en se regardant dans le miroir " ah merde, je n'en fais pas partie..." ? C'est le mystère infini du racisme. 

    ____________________________________________________

    Irlandais contre irlandais

    Je ne sais pas si on peut parler de racisme dans ce cas mais il s'agissait de haine et de violence d'un côté, de mépris et de volonté de soumettre de l'autre, bref ça y ressemblait quand même beaucoup 

     Voici la photo des deux négociateurs

    Le racisme expliqué aux racistes

    Qui est le catholique et qui est le protestant ? Aucune idée, mais une chose est sûre :  ils se détestent et se méprisent ! Allez comprendre !

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


  • Il y a quelques années, on a remplacé le mot "inculpé" par l'expression "mis en examen".  C'était pour accentuer la présomption d'innocence, l'étymologie du mot inculpé renvoyant à "culpa" (faute) ce qui était certainement  insupportable pour la majorité des Français.

    En même temps (ou peu après, je ne sais plus) on en a profité pour renommer un certain nombre de délits. Et la circonstance aggravante "en réunion" a été remplacée par un délit spécifique : "association de malfaiteurs" .  Qui sont les présumés malfaiteurs associés ?

    Pour moi, l'expression renvoie à la mafia, au grand banditisme, aux djihadistes, bref à des entités criminelles bien organisées.  Mais non ! Elle signifie simplement " à plusieurs" et concerne donc, me semble-t-il, tous les crimes et délits commis dans notre pays, à partir du moment où les auteurs (pardon les présumés auteurs) sont au nombre de deux ou plus.

    Faisons le test : en tapant dans Google Actus "association de malfaiteurs" on trouve comme personnes concernées par ce délit : 

    - 15 trafiquants de drogue dans les Landes

    - 9  djihadistes (pardon, présumés djihadistes !) en train de préparer des actions en Europe après une formation au Pakistan

    mais aussi : 

    - 10 bonnets rouges en Bretagne (pour destruction de portique)

    - 1 politicien véreux et ses colistiers à Marseille (pour attribution de subvention à des fins électoralistes)

    - 1 amant éconduit, aidé d'un ami, pour "tentative d'homicide involontaire" (il a tenté de tuer quelqu'un involontairement??? bref !) à Troyes

    - 2 frères qui se livraient à une "escroquerie aux billets de train" à Bordeaux

    Du coup, employée comme ça, l'expression commence à perdre une grande partie de sa connotation péjorative et un journal belge peut dire en parlant du musicien Dirty Deep  : " Il chante, joue de l'harmonica, de la guitare et tape sur une vieille grosse caisse : il est une association de malfaiteurs à lui tout seul."

    Moi, je me contente de  prendre note des évolutions de la langue initiées par l'Académie Française,  les pouvoirs publics, le législateur, les journalistes et les "vrais gens". 

    Je ne dirai plus désormais "mon fils et ses copains fument régulièrement du cannabis", mais  "mon fils et ses copains ont créé une association de malfaiteurs pour fumer du cannabis" . 

    Et je préviens charitablement l'entreprise qui m'a livré un ordinateur défectueux que s'il persiste à vouloir le réparer plutôt que le changer contre un appareil neuf, je leur fous une plainte au cul  pour association de malfaiteurs, je ne vous dis que ça !

    Je ne vais quand même pas me laisser emmerder par des malfaiteurs , associés de surcroît ! Non mais...!  

     


  •  

    A la caisse de la supérette, juste devant moi, un homme, la cinquantaine, blouson de cuir délavé, l'air antipathique fait la queue avec un pack de bières dans chaque main . Derrière lui, un petit garçon de 5 ou 6 ans. Arrivé à la caisse, il s'adresse avec agressivité à la caissière. Elle lui répond sèchement. Le vigile s'approche. Il se calme, paie, regarde les gens autour de lui et dit à son fils : " tu viens, chéri ?" et s'en va.

    Le petit garçon le suit : 

    - Papa ?

    - Oui ? qu'est-ce qu'y a ?

    - Pourquoi tu m'as appelé "chéri" ?

     


  • Je ne sais plus qui a dit : Un grand écrivain est un type qui te raconte TON histoire en prétendant raconter la sienne. A l'occasion de la mort de Gabriel García Márquez, on peut voir dans la presse à quel point chacun a SA lecture  de "Cent ans de solitude". 

    Pour ma part, dans mes souvenirs à moi, Cent ans de solitude, au moment où je l'ai lu, racontait l'histoire de ma famille. Aujourd'hui encore, tout se mélange dans ma tête entre les aventures tragi-comiques de la famille de José Arcadio Buendia et celle de mon grand-père syrien Ziki. 

    Cent ans de solitude, c'est  l'histoire rêvée de ma famille, l'histoire des migrations humaines  à l'époque où elles étaient vécues comme  des aventures individuelles et des épopées familiales. L'époque rêvée  où tu partais découvrir et défricher des terres plus ou moins vierges, livré à toi-même dans un monde sans fin où les frontières étaient perméables et les routes incertaines. 

    L'époque où le voyage durait des mois, voire des années, et  se faisait à pied, en train, en autobus, en bateau, puis encore à pied, en train, en autobus, en bateau.. C'était l'époque où, chaque jour, tu devais gagner de quoi continuer le voyage et où tu finissais par te fixer quelque part sur la route par lassitude ou  parce que le patron t'appréciait ou parce que sa fille t'avait souri.

    L'époque où tu quittais ton pays pour fuir les persécutions religieuses, ou par révolte contre un père tyrannique ou dans l'espoir de faire fortune. Et souvent pour les trois raisons à la fois.   

    Cent ans de solitude, c'est aussi l'histoire de l'implantation dans un coin de la planète de braves gens comme vous et moi. C'est l'histoire d'aventuriers pathétiques qui ont des femmes et des enfants, l'histoire de bricoleurs maladroits, de commerçants pas très doués, d'inventeurs loufoques, de femmes acariâtres et sensuelles et  d'enfants rêveurs. 

    C'est l'histoire de braves gens qui croient en Dieu, au Diable, au mauvais oeil, à la magie noire, aux revenants qui viennent la nuit vous tirer par les pieds et au Saints qui exhaussent les voeux si on leur adresse des prières dédiées. Ma famille quoi ! 

    C'est l'histoire de familles qui ont traversé le siècle dernier et ses horreurs. Et qui se disent que les histoires personnelles étant trop pauvres et les histoires nationales trop générales, seules les sagas familiales permettent d'expliquer les choses et valent la peine d'être racontées.

     

    "ô chercheurs, ô trouveurs de raisons pour s’en aller ailleurs"  (saint John Perse) 


  • En collaboration avec l'Unesco ( peut-être)  et le Ministère de la culture (demande en cours) j'ai décidé à titre exceptionnel et pour une durée limitée, de livrer au grand public quelques-unes de mes œuvres photographiques

    Carlus 2005-2013  Période dite "des saisons" 

    Surimpression d'automne

    Photos : ma collection perso

     

    Monochrome d'été

    Photos best of

     

    Ruche au Printemps

    Photos best of

     

     

     

     

     

     


  •  

    J'ai écouté avec tristesse Edgar Morin s'exprimer sur i-télé. Invité avec Tarik Ramadan pour parler d'un livre qu'ils ont co-écrit "Au péril des idées". 

    J'ai aimé Edgar Morin et je suis triste de constater qu'il est devenu très très vieux. Plus de 90 ans, c'est vieux. Et la vieillesse est un naufrage, on le sait maintenant. Il est d'accord sur tout avec Tarik Ramadan. L'autre, avec son sourire qui parait toujours ironique, dit ce qu'il faut dire dans la France d'aujourd'hui : qu'il est pour l'égalité homme femme, et d'ailleurs, c'est ce que préconise l'Islam ; qu'il est pour la démocratie, et d'ailleurs la France a dans ce domaine de nombreux progrès à faire;  qu'il est scandalisé par le traitement fait aux Roms, et d'ailleurs ça lui rappelle les camps nazis... 

    Et le vieux sociologue d'acquiescer de la tête et de développer des idées suffisamment générales pour ne pas être en contradiction avec son coauteur. En fait, il y en avait un qui parlait, Tarik Ramadan et l'autre qui le cautionnait de son autorité. 

    Pauvre Edgar Morin, qui considérait naguère les religions monothéistes comme un "fléau de l'humanité", réduit aujourd'hui au rôle de faire-valoir d'un idéologue islamiste ! C'est à pleurer de rage et de tristesse. 

    La gauche intellectuelle est en train de se noyer dans une espèce de prêchi-prêcha où se mêlent déni de réalité, aveuglement idéologique et angélisme béat façon "tout le monde, il est beau, tout le monde il est gentil". 

    Le coeur de la pensée de gauche aujourd'hui semble consister à nier tout ce qui peut être désagréable ou difficile à gérer.

    On est donc passé en quelques décennies de l'analyse consistant à dire que "le Front National apporte de mauvaises réponses à de vrais problèmes" à une sorte de chantage consistant à dire "si vous soulevez ce problème, c'est que vous êtes du Front National" ( insulte fréquemment adressée ces derniers temps à Finkielkraut, par exemple)

    Cette gauche décrit donc de plus en plus une société qui n'a aucun problème, à part ses élites politiques, économiques et éventuellement ses policiers.

    Les islamistes ne posent aucun problème et si aujourd'hui 700 jeunes Français parfois adolescents sont partis en Syrie faire le Djihad, hé bien ma foi, c'est la faute... la faute de qui ?  la faute des réseaux sociaux, tiens ! Oui , voilà , la faute des réseaux sociaux qui recrutent pour le Djihad, un point c'est tout ! 

    Les camps de Roms ne posent aucun problème aux riverains. C'est par pur racisme qu'ils sont mécontents de leur présence.  Edgar Morin évoque les propos "insupportables" de Valls (qui sont, je le rappelle, que "les Roumains ont vocation à vivre en Roumanie").  Et Tarik Ramadan de confirmer qu'il s'agit bien d'un scandale !  Tous ceux qui ont visité L'Egypte ou d'autres pays du Moyen-Orient savent dans quel état de mépris et d'infériorité et de racisme institutionalisé sont tenus les gens du voyage dans ces pays.

    Mais ça évidemment, il ne faut pas en parler avec l'ami Tarik ! D'abord, il est Suisse, pourquoi lui poserait-on cette question ? Et ensuite il répondrait qu'il désapprouve et que cela n'est pas conforme à l'islam ! ça ne mange pas de pain, et si en plus ça peut nous faire plaisir...!

     

    Finkielkraut, autre intellectuel que j'aime, est traité depuis des semaines de partisan du Front National parce qu'il dit, en gros, que dans certaines franges de l'immigration, il y a aujourd'hui une forte résistance à l'intégration et à la culture française. Tous ceux qui sont dans la société le constatent. Le crime c'est de le dire ! Ca fait de vous un militant du Front National, carrément ! Finalement, je me trompais en parlant d'angélisme béat. Il y a aussi chez certains beaucoup d'agressivité. 

     

    Je n'ai pas lu ce livre mais en écoutant parler les deux auteurs, je n'étais pas loin de penser qu'il y avait bien des idées en péril : celles de l'Edgar Morin qu'on aimait bien, celles de l'intellectuel qui exprimait une "pensée complexe" sur un ton si doux. 

     

     


  • Si si, croyez-moi, il y a de nombreuses similitudes !

     Logique politique

    Les Français ont voté massivement à droite car ils veulent d'une politique plus à gauche.

    Logique amoureuse

    Mon amour, essaie de comprendre, c'est par dépit que j'ai couché avec lui. C'était un appel au secours,  une façon de te dire que je t'aime et que je veux aller plus loin avec toi ! 

    ____________________________________________________

    Logique politique

    Si on prend en compte les abstentionnistes, votre victoire est toute relative, Monsieur !

    Logique amoureuse

    Comment ça, j'ai couché avec toutes tes copines ? N'exagère pas, si on prend en compte toutes celles qui ont refusé, finalement ça ne fait même pas un tiers de tes copines !

    ____________________________________________________

    Logique politique

    J'ai augmenté les impôts dès la première année, mais je vais les baisser au cours de mon prochain quinquennat, dès que la croissance sera de retour.

    Logique amoureuse

    Ma chérie, si tu acceptes de coucher avec moi là ce soir, je te promets de t'épouser. Un jour. Quand j'aurai une bonne situation. 

    ____________________________________________________

    Logique politique

    Son discours de politique générale a été brillant. Il sera un bon premier ministre

    Logique amoureuse

    Sa déclaration d'amour a été sublime. Il fera un bon mari. 

    ____________________________________________________

     

     

     

     

     

     

     


  • Françaises, Français, mes chers compatriotes

    Résorber les déficits publics, c'est d'abord réduire la dépense publique, puisque vous semblez faire un caca nerveux sur la moindre augmentation d'impôt . Alors je vous l'annonce solennellement : nous allons trouver ces 50 milliards d'économies en réduisant les dépenses dans TOUS les secteurs. Je dis bien TOUS les secteurs !

    A part, bien entendu, quelques rares exceptions :

    - la santé qui, par nature, n'a pas à être soumise à une logique comptable

    - la protection sociale et les retraites déjà mises à mal par le gouvernement précédent

    - la culture que l'on ne saurait traiter comme une vulgaire marchandise soumise aux lois du marché

    - l'éducation nationale, bien entendu, car c'est l'avenir de la France qui se prépare là

    - la défense, les récents événements nous ont bien montré que nous vivons dans un monde dangereux

    - la justice, qui manque cruellement de moyens et qui a du retard à rattraper

    - la diplomatie, car la France n'est la France que quand on lui donne les moyens d'adresser son message au monde

    - la recherche, qui est la clé du développement, tout le monde le sait

    - le programme spatial, car tout retard dans ce domaine serait irrattrapable

    - le nombres d'élus, car ils sont l'expression vivante de notre démocratie

    - le nombre de collectivités départementales, sous peine de remettre en cause l'héritage de la révolution française

    - le nombre de régions, car ce serait pure démagogie que de le faire

    Bref, j'ai demandé au gouvernement qu'il réduise de façon drastique le budget consacré aux anciens combattants et notamment ceux de la guerre 14/18.

    Et dans le cas où les autoproclamés "poilus" descendraient dans la rue pour défendre des intérêts particuliers au mépris de l'intérêt général, nous saurons répondre de la façon la plus ferme et continuer à mettre en oeuvre avec la plus grande détermination la politique courageuse qui a toujours été la nôtre depuis deux ans.

     

    A bon entendeur, vive la République, vive la France

     

     

     


  • On devrait rendre obligatoire la cérémonie de passation de pouvoirs en matière de rupture et de cocufiage. Ca contribuerait à rendre les choses plus fluides, comme dans les ministères. Ca donnerait quelque chose comme ça :

     

    Mon cher Bernard

    Quitter un lit conjugal que l'on occupe depuis des années n'est pas chose aisée. Quand c'est à l'initiative de celle avec qui l'on partageait le lit, c'est même très difficile. Mais quand j'ai appris que c'est toi qui serais désormais en charge de la vie amoureuse et sexuelle de Nadine, c'est un sentiment de joie et je dirais même de fierté qui s'est emparé de moi. Qui d'autre que mon ami d'enfance, qui d'autre que celui qui fut depuis les bancs du collège mon frère et mon confident, pouvait mieux me remplacer dans le lit de celle qui fut ma petite femme adorée pendant de longues années ? Qui mieux que mon vieux pote Bebert pouvait prendre la relève sans tout remettre à plat ?

    Et la relève ne sera pas bien difficile, puisque tu arrives en terrain connu.

     En terrain connu, oui, puisque je t'ai souvent confié, certains soirs de beuverie, le genre d'anecdotes sur notre vie intime qu'on ne raconte qu'à un copain d'enfance. Avant même d'entrer dans son lit tu savais déjà qu'elle aimait chevaucher son partenaire et qu'elle appréciait les mots orduriers pendant l'orgasme. Et comme elle n'est pas du genre à prendre l'initiative ou à réclamer quoi que ce soit en matière sexuelle, ces précieuses informations t'auront épargné, je n'en doute pas, de nombreux mois de tâtonnement et de recherche ! Non, non ne me remercie pas, c'est normal !

     En terrain connu, aussi, puisque tu n'as pas attendu, à vrai dire, la passation de pouvoir que nous effectuons aujourd'hui pour entrer dans le dossier avec un souci évident de prendre les choses en main. Certains auraient refusé, pour des raisons d'éthique, de morale ou autres fariboles, de coucher avec la femme d'un pote.

    Mais pas toi, mon cher Bernard, mon ami fougueux, mon frère de misère. Tu t'es chargé, avec un zèle et une discrétion qui forcent l'admiration, de combler au mieux le sentiment de frustration sexuelle qu'elle éprouvait (et qu'elle t'avait si naïvement confié !) et de répondre au désir de changement de partenaire qu'elle manifestait.

    Avec, je le reconnais, un grand succès puisque quelques mois plus tard, elle m'annonçait son désir de me quitter sans toutefois évoquer à aucun moment ton nom, ce qui confirme, s'il en était besoin, la délicatesse et la pudeur dont elle a toujours fait preuve à mon égard.

    Voilà ! Je te laisse entrer dans la place. La transition ne sera pas longue puisque tu es déjà en pays conquis, si je puis dire. J’espère qu'elle te procurera autant de plaisir qu'elle m'en a donné. J'espère d'ailleurs qu'elle ne s'arrêtera pas là et que tu pourras bénéficier de toute la panoplie des petites et grandes émotions que j'ai éprouvées ces dernières années avec elle (la dernière étant qu'elle a couché avec mon meilleur ami, mais bon, ce qui est fait est fait et le passé est passé, comme disait l'autre !)

    Je voudrais donc avant de te quitter, mon cher Bernard, te souhaiter tout le bonheur du monde, d'abord, et te rappeler encore que je suis prêt, comme dans nos jeunes années, à tout partager avec toi y compris ma chance de cocu, évidemment !

     


  • Voilà ! Après la nomination de Manuel Valls, on a pu se dire que ça allait être un nouveau départ et que, avec  Hollande,  on allait peut-être voir

    Rejaillir le feu

    De l´ancien volcan

    Qu´on croyait trop vieux

    Mais il n'en est rien  !  Avec la composition du nouveau gouvernement, on se rend bien compte que c'est encore du Hollande pur jus. Et que Valls n'est que le bouquet de fleurs qu'il apporte aux Français pour tenter de recoller les morceaux. 

    Comme quand tu as envie de reprendre avec ton ex, tu ne sais pas pourquoi. Sur le moment, tu te dis "pourquoi on s'est quitté au fait ? On s'entendait plutôt bien, il me semble ! "  Alors tu lui offres des fleurs, tu l'embrasses tendrement et tu te remets avec elle.  Et dès le lendemain, tu sais pourquoi vous vous êtes quittés : il n'y avait plus la petite étincelle qui fait supporter tout le reste.  

    Elle n'a l'air de rien, la petite étincelle, mais elle change plein de chose. 

    Avec  la petite étincelle,  tous ses défauts te plaisent : ses rondeurs, ses maladresses, sa petite taille, ses grosses chevilles, tu ne sais pas pourquoi.  

    Avec la petite étincelle, sa culotte jetée sur la pile de linge sale te paraît excitante. Sans l'étincelle, ce n'est qu'un vêtement sale pas plus excitant que ton caleçon juste à côté. 

    Avec l'étincelle, son odeur de sueur au retour du jogging est comme un doux parfum aux extraits  de phéromone. Elle ne le sait pas et te dit "attends je suis en nage, je vais me doucher" et toi tu ne lui dis rien pour ne pas passer pour un pervers.

    Avec l'étincelle, son mauvais caractère, ses blagues vulgaires, les repas chez sa mère te paraissent faire partie de la vraie vie, celle qui est faite de bons moments, mais aussi de contraintes familiales, de problèmes d'argent, de soucis professionnels. Et tu aimes tout ça parce que la vie est un package.

    Sans l'étincelle, les petites contraintes de la vie de couple sont des problèmes qui viennent s'ajouter aux autres. Et sont parfois la goutte qui fait déborder le vase.

    On dit que c'est ce qu'il craint, Hollande. D'être la goutte qui fait déborder le vase. D'être celui qui aura provoqué la conjonction de tous les mécontentements. 

    Il fait ce qu'il a à faire, mais il le fait sans panache, sans charisme, sans grandeur.  Sans étincelle.

    Valls reste quand même la meilleure option pour lui. Et pour nous.  

      






    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires