• La princesse Palatine, belle-soeur de Louis XIV, est, pour les historiens, un témoin privilégié de son époque et de la Cour de Versailles puisqu'elle a écrit au cours de sa vie près de 90 000 lettres. Mœurs des courtisans, grands événements, détails de la vie quotidienne, tout ou presque y est décrit dans le moindre détail.

    Parmi les 90.000 lettres, il y a celle-ci, une lettre envoyé à sa tante.

     

    "Vous êtes bien heureuse d’aller chier quand vous voulez ... Nous n’en sommes pas de même ici, où je suis obligée de garder mon étron pour le soir ; il n’y a point de frottoir aux maisons du côté de la forêt. J’ai (...) par conséquent le chagrin d’aller chier dehors, ce qui me fâche, parce que j’aime chier à mon aise, et je ne chie pas à mon aise quand mon cul ne porte sur rien. Item, tout le monde nous voit chier ; il y passe des hommes, des femmes, des filles, des garçons, des abbés et des Suisses. 

    (...)

    Il est très chagrinant que mes plaisirs soient traversés par des étrons. Je voudrais que celui qui a le premier inventé de chier ne pût chier, lui et toute sa race, qu’à coups de bâton ! Comment, mordi ! qu’il faille qu’on ne puisse vivre sans chier ? Soyez à table avec la meilleure compagnie du monde ; qu’il vous prenne envie de chier, il faut aller chier. Soyez avec une jolie fille ou femme qui vous plaise (1); qu’il vous prenne envie de chier, il faut aller chier ou crever. Ah ! maudit chier ! Je ne sache point de plus vilaine chose que de chier. Voyez passer une jolie personne, bien mignonne (1), bien propre ; vous vous récriez : « Ah ! que cela serait joli si cela ne chiait pas ! »

    Je le pardonne à des crocheteurs, à des soldats aux gardes, à des porteurs de chaise et à des gens de ce calibre-là. Mais les empereurs chient, les impératrices chient, les rois chient, les reines chient, le pape chie, les cardinaux chient, les princes chient, les archevêques et les évêques chient, les généraux d’ordre chient, les curés et les vicaires chient. Avouez donc que le monde est rempli de vilaines gens ! Car enfin, on chie en l’air, on chie sur la terre, on chie dans la mer. Tout l’univers est rempli de chieurs, et les rues de Fontainebleau de merde, principalement de la merde de Suisse, car ils font des étrons gros comme vous, Madame.

    Si vous croyez baiser une belle petite bouche avec des dents bien blanches (1), vous baisez un moulin à merde. Tous les mets les plus délicieux, les biscuits, les pâtés, les tourtes, les farcis, les jambons, les perdrix, les faisans, etc., le tout n’est que pour faire de la merde mâchée, etc.

    ____________________________________________________ 

     

    (1) : Par ailleurs, je remarque ( mais pas les historiens)  que la Princesse Palatine parle des femmes et des jeunes filles comme si elle était de la fanfare (comme on dit aujourd'hui) . Mais bon, ça n'a rien à voir avec le sujet.


  • Regarder une oeuvre religieuse de Michel-Ange, c'est une chose 

    Histoire de l'art -01

     

    Comprendre où est le fruit défendu en est une autre

    Histoire de l'art -01

    Merci qui ? Merci Carlus !

    Et au fait, tous droits réservés, évidemment !


  • Les points sur les i

    Avec la Gay Pride,  on avait fini par intégrer le sigle LGBT : Lesbiennes Gays, bisexuel-le-s et Transexuel-le-s.

    Depuis la Gay Pride d’avant-hier, celle de 2017 donc, nous avons vu apparaître un "i" rajouté subrepticement au sigle. Désormais, on parlr de LGBTI.

    Evidemment je demande immédiatement à mon pote Google de me dire quelle nouvelle particularité sexuelle peut bien se cacher derrière ce I.

    Il me répond qu’il s’agit des intersexués.

    De quoi s’agit-il ? Cette fois c’est Wikipédia qui me renseigne :

    L’intersexuation ou ambiguïté sexuelle, parfois qualifiée d’intersexualité, est l’état d’un être humain (ou d’un animal) dont les organes génitaux sont difficiles ou impossibles à définir comme mâles ou comme femelles selon les standards habituels.

    L’article de Wikipédia précise cependant qu’il ne faut pas confondre l’intersexualité avec l’hermaphrodisme d’une part et la transidentité d’autre part.

    La question que je me pose aussitôt est : qu’attendent les hermaphrodites et les transidentitaires pour suivre l'exemple des intersexués et rejoindre le mouvement ?

    --------------------------------------------------------------------------------

    Le banquier anti-raciste

    Le titre de l’article du Point est :

    "Se disant ulcéré par le racisme de sa cliente, le banquier a siphonné ses comptes."

    A priori donc, il s’agit de l’histoire d’un brave banquier (nom donné aujourd’hui à un employé de banque) qui a tellement horreur du racisme qu’il n’a pas pu s’empêcher de prélever les avoirs (près de 400 000 euros) d’un client raciste pour reverser l’argent à SOS RACISME, le LICRA, le MRAP et Collectif contre l’islamophobie en France.

    Hé bien, cher lecteur, contrairement à ce que suggère le titre de l’article , il n’en est rien !

    Déjà , avec les sommes détournées, le banquier a investi dans l’immobilier, acheté des lingots d’or,  du matériel informatique, et mené grand train de vie.

    Mais surtout, pris la main dans le sac, il a tenté de se trouver des circonstances atténuantes qui sont, dans l'ordre, :

    1) « les cadences infernales » imposées par son employeur,

    2) « le nombre de portefeuilles clients » trop important à gérer

    3) « le manque de considération de sa hiérarchie ».

    Ensuite, certainement sur les conseils de son avocat arrivé en fin de garde à vue, il a ajouté une dernière circonstance atténuante du genre qui déchire sa race :

    4) « propos racistes, anti-chinois et islamophobes » tenus devant lui par sa cliente.

    Le Point a fait le tri  et a choisi de titrer sur l'excuse  la plus stupide: ulcéré par le racisme de sa cliente, le banquier a siphonné ses comptes".

     

     

     

     


  • Bayrou à propos de Fillon

    « La théorie du complot est un enfermement. Quand on passe son temps à croire et faire croire – et peut-être à faire croire davantage encore qu'à croire – que, en réalité, derrière tout ça, il y a une main noire, il y a des lieux de décisions secrets, alors on s'empêche de voir la responsabilité que l'on porte soi-même. Chaque fois que quelqu'un est surpris dans des pratiques qui ne sont pas acceptables ou pas défendables, et que la justice commence à s'en occuper, chaque fois, il a l'impression qu'il est victime d'un complot, d'une manœuvre. » 

     

    Bayrou à propos de lui-même 

    "Je n'ai aucun doute d'avoir été la véritable cible de ces dénonciations, dans le but de décrédibiliser" la parole d'un ministre de la Justice qui défendait une loi de moralisation de la vie publique, a également affirmé François Bayrou. "Il y a en effet un certain nombre de forces et de puissances pour qui la moralisation de la vie publique serait un obstacle à leur influence et à leur lobby", a ajouté le maire de Pau.

     

    ---------------------------------------------------------------------------

     

    Comme c'est curieux ! Il y a donc aujourd'hui une main noire et des lieux de décisions secrets qui veulent empêcher le vertueux ministre de faire passer sa loi ? Comme c'est méchant !

    Et...comment disait-il alors... "chaque fois que quelqu'un est surpris dans des pratiques qui ne sont pas acceptables ou pas défendables, et que la justice commence à s'en occuper, il a l'impression qu'il est victime d'un complot, d'une manœuvre" ?

    Non, c'est pas possible !  Ah oui tiens, ça se confirme aujourd'hui !

     

     


  •  

     


  • Trois minutes de discours sur les fameuses "immenses majorités pacifiques" 

    Certes,  on devine qu'il s'agissait d'un meeting de républicains cherchant à mettre en cause de façon polémique la responsabilité d'Hillary Clinton dans l'attaque du consulat américain de Benghazi par des islamistes.

    Mais qu'importe,  sur la réponse précise à une question précise, j’adhère totalement ! 

     


  • Hamon

    Mon pauvre frondeur, le trait d’humour politique le plus cruel pour toi vient de ton pote Montebourg : "En fin de compte, Benoît Hamon aura fait le meilleur score de tous les écologistes à une présidentielle."

    On peut même voir les choses sous un autre angle : si on avait soustrait de tes 6 % les quelque 2 % minimum que font les écologistes quand ils se présentent seuls, tu n’aurais même pas été remboursé de tes frais de campagne.

    Et comme tu es assez con pour avoir cru que tu aurais pu surfer sur ta victoire à la primaire pour prendre la tête d’une opposition parlementaire, les Français t'ont refusé une place à l’assemblée Nationale. Comme ça c'est réglé.

    Alors au lendemain de ta défaite, tu tweetes sobrement une image de Sisyphe,  sans aucun commentaire. Tu voulais certainement évoquer le rocher que toi et tes amis allez devoir remonter au sommet. Mais sais-tu que Sisyphe a reçu cette punition pour s’être opposé à Zeus ? Peut-être quelques regrets exprimés sous forme de lapsus silencieux.

     

    Valls

    Et toi, Manuel, mon favori, mon champion, quelle déception, mon Dieu ! Toi que je croyais droit dans tes bottes, inflexible sur tes positions, étranger aux compromis de couloirs et aux promesses démagogiques ! Je suis tombé du vingtième étage !

    Déjà, en te déclarant candidat à la primaire, tu commences par déclarer que tu es favorable à la suppression du 49.3. C’est n’importe quoi ! N’importe qui d'autre pouvait dire cela, mais pas toi, l’ami, c’est ridicule enfin ! 

    Ensuite, après avoir été battu, tu renies ta parole, ta promesse, écrite, de soutenir le vainqueur. Tous tes amis pouvaient légitimement le faire, mon gars, mais pas toi ! Il avait déjà perdu à ce moment-là, de toute façon, il suffisait juste que tu te taises ! Mais non, tu décides de te faire  un petit kiffe mesquin genre la réponse du berger à la bergère ! Mais c'est quoi le prix de ton kiffe, maintenant ? Quel avenir politique pour quelqu’un qui a renié un engagement public et écrit pris quelques semaines auparavant ! Aucun ! 

    Et puis pour terminer de te ridiculiser, tu quémandes maintenant pitoyablement le soutien de gens qui te l'accordent avec condescendance et en se pinçant le nez !

    Que c'est triste, la fin de ton aventure, mon pote !

     

    Hollande

    Et toi, Hollande ? En train de tomber dans l’oubli, tu te raccroches désespérément à l’espoir que tu pourrais encore faire quelque chose pour éviter le néant. Tes mémoires, peut-être…

    Mais d'autres ont déjà écrit sur toi. Tous les proches dont tu as été obligé de te séparer t’ont décrit comme un être plutôt mou, veule, indécis, peureux, sans charisme et sans autorité.

    Et toi, mon pauvre ami, tu confirmes tout cela en adoptant lors de la passation de pouvoir une attitude joyeuse, amicale et même paternelle envers ton successeur ? Le type qui t'a coupé l'herbe sous les pieds au lieu de te remercier de l'avoir mis sous les projecteurs.  Le type qui a osé se présenter au moment où tu étais encore en train de chercher le moyen d'y aller sans y aller tout en y allant.  Celui qui a refusé la primaire, ce que tu n’as pas osé faire. Celui qui se définit (de façon ridicule certes) comme jupitérien pour bien marquer sa différence avec ta "normalité" ( c'est-à-dire ta médiocrité). 

    Que veux-tu que je te dise ? Tu n'as tellement pas de couille que tu n'es même pas capable de rancœur. 

     

     


  • Google, mon médecin traitant

     

    Le médecin de ma fille a longtemps résisté à l'informatisation de la profession. Il  remplissait des petites fiches bristol en marmonnant qu'il préférait enregistrer les données en fin de journée, à tête reposée.  

    Mais un jour il a bien fallu qu'il s'y mette. Carte Vitale oblige.

    Mais aujourd'hui, ma fille est prise d'un doute. Après avoir pris connaissance des symptômes de sa patiente, sous prétexte d'ouvrir son dossier, il tape plein de choses et lit avec attention des choses sur l'écran plat de son PC, avant de se tourner à nouveau vers elle. 

    Elle croit deviner ce qu'il fait.  

     

    Google, mon médecin traitant

     

    Moi, ça ne me choque pas. Je dirais même plus : malgré la confiance que je fais à mon médecin, je ne peux pas m'empêcher de consulter Google avant et après la consultation.

     

    Google, mon médecin traitant


  •  

    Ma chérie a un rendez-vous important au Sénopôle de l’hôpital Saint Louis.

     Digressions sémantiques autour de nibards 

     

     

     

     

    Sénopôle ? C’est la première fois que j’entends ce mot.

    Je lis le prospectus, le Sénopôle est un centre de Sénologie. Merci beaucoup, je ne suis pas plus avancé avec ça. Je sais qu’elle y va pour ses seins, mais ne dit-on pas "mammo" pour les seins ? Mammographie. Mammoplastie. C’est vrai que Mammopôle ou mammologie, ça ne sonne pas bien. Mais normalement en la matière, les médecins et les scientifiques s’en foutent que ça sonne bien ou pas, sinon ils n’auraient jamais créé une spécialité appelée Oto-rhino-laryngologie.

     

    Bon, consultons la doc. Déjà mon Larousse ne connait pas la Sénologie. Ca me rassure, je ne suis donc pas ridicule de ne pas la connaître, moi non plus.

    Mais le Larousse internet, lui, connaît le mot : Spécialité médicale qui étudie les affections du sein.

    Absent sur papier, présent sur internet: Conclusion, mon cher Watson, Sénologie est un mot récent.

    Oui, mais alors si le mot est nouveau, comment disait-on avant ? Je demande à Google et j’obtiens Mastologie. Ah oui, celui-là, je connais mais il ne me revenait pas, je ne sais pas pourquoi.

    Je demande la définition à Larousse et il  me répond "Mastologie : Etude de la physiologie et de la pathologie des glandes mammaires."

    Ok, mais si la spécialité médicale existait déjà, alors pourquoi avoir créé ce nouveau mot de Sénologie pour l’étude des pathologies du sein ?

    Ah attend attend, je regarde à nouveau la définition et je crois comprendre la différence : la mastologie ne concerne que les glandes mammaires alors que la Sénologie concerne ( mais oui, souvenez-vous en) les seins. Nuance ! Par exemple, mastectomie signifie  "ablation chirurgicale de la glande mammaire" 

    Donc il y aurait la sénologie qui se pencherait sur le sein pris dans son ensemble et la mastologie qui concernerait les seules glandes mammaires ?

    Oui oui ça doit être ça ! Il y a une logique : Séno (du latin Sinus) pour le sein, masto pour les glandes mammaires et Mammo pour… mammo pour quoi au fait ?

    Une mammographie étant, selon le centre médical Saint Lazare, une "radiographie de la glande mammaire" et une mammectomie une "ablation chirurgicale de la glande mammaire", je dirais que Mammo aussi ne concerne que les glandes mammaires.

    Vous suivez ? Moi je commence à perdre pied quand Larousse m'informe que la mammoplastie est une "intervention chirurgicale destinée à modifier l’apparence des seins". Donc mammo concernerait aussi bien les glandes mammaires que le sein ?

     

    Finalement Wiktionary (filiale de Wikipédia, au fait ?) voyant que je suis en train de me noyer m’envoie une bouée de secours "la sénologie est donc l’étude et le traitement du sein. Le synonyme issu de l’ancien grec est mastologie."

    Mais malheureusement le site précise "Étymologie manquante ou incomplète... Cette entrée est considérée comme une ébauche à compléter"

    Donc finalement il semble bien qu'il soit difficile de trouver une grosse différence entre Sénologie et Mastologie.

    Mais alors, bordel, on en revient à la première question : Mastologie existant déjà, pourquoi avoir créé le nouveau mot de Sénologie ? Après avoir analysé toutes les hypothèses, je ne vois qu’une réponse possible : c'est pour servir de dérivatif à l’angoisse des hommes qui accompagnent leurs femmes dans un… comment dit-on déjà ..? ah oui dans un Sénopôle !

     

     


  •  

    Deux minutes de discours comme l'Européiste que je suis les aime






    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires