• J'y étais

     

     

    Oui j'y étais et ce n'était pas une manif comme les autres. Pas de banderoles, pas de slogan autre que "je suis Charlie",  pas de "chauffeurs" de foule aguerris, pas de service d'ordre, pas de badge distribué au coin des rues.

    Les manifestants semblaient sortis pour beaucoup d'entre eux de la Manif pour tous. Je veux dire par là : beaucoup de look bon chic bon genre, beaucoup de famille avec père, mère, ados et jeunes enfants dans des poussettes, une femme âgée appuyée sur sa canne, des vieillards à la mine austère...

    Tous ces gens-là côtoyaient quelques femmes avec foulards et pancartes " je suis musulmane - je suis Charlie" sans aucune hostilité de principe, mais sans sourire complice non plus du genre "vous êtes très courageuses, merci d'être venues"

    Et à mon avis, si quelque chose a changé en France la semaine dernière, c'est bien cela. Le chantage à l'islamophobie ne marche plus. Il suffit d'ouvrir le site Mediapart pour voir comment cela fonctionnait jusqu'ici. On tuait des juifs au nom de l'islam et le lendemain tous les journaux mettaient en garde non pas contre l'islamisme mais... contre l'islamophobie.

    Les musulmans avaient leur place dans cette manifestation, leur place de Français comme les autres , pas plus, pas moins. Il ne sont pas responsables de crimes dont ils sont les victimes ordinaires comme les autres. Mais on n'a pas non plus, comme le fait Edwi Plenel, à considérer qu'ils sont les seuls victimes du terrorisme islamique.

    Hier la mère de Mohamed Merah à appelé la mère du policier musulman abattu à bout portant pour lui présenter ses condoléances. A elle seulement, pas aux mères juives. Normal, entre musulmans, on doit se serrer les coudes, pensait-elle. La mère du policier lui a raccroché au nez.

    A la télé, Marine Le Pen ne semblait pas très à l'aise. Elle n'est pas convaincue (et nous non plus) que cette affaire lui rapportera des voix, contrairement à ce que l'on aurait pu penser au départ.

    Parce que la force qui monte en ce moment n'est pas une force imbécile qui appelle à la guerre contre tous les musulmans. Mais ce n'est pas non plus une force complexée au point de se sentir obligée de se justifier sans cesse face aux accusations de ses ennemis. 

    Nous allons faire cesser, à terme,  l'abomination qu'est le terrorisme en traquant, en emprisonnant, en tuant ( pardon,  en neutralisant !) les terroristes sans nous laisser intimider ni par des fachos de merde, ni  par des assassins islamistes, ni par leurs relais médiatique. 

     

     

     

     

     

     

    « Mémé Mariane dans les ortiesIslamiquement correct »