• Les auto-médicamenteuses

    Oui, je mets le mot au féminin car, pour ce qui me concerne, entre ma mère, ma grand-mère, mes tantes, quelques femmes qui ont partagé ma vie et quelques bonnes copines, c’est quand même, un trait de caractère que j’ai trouvé plus souvent chez les femmes que chez les hommes.

    D’ailleurs, les hommes quand ils sont auto-médicamenteurs, le sont de façon bête et égoïste. Bête parce que leur auto-médication est routinière et fainéante ("si ça marche, pourquoi chercher ailleurs ?") ET égoïste car ils ne le conseillent pas à leurs proches.

    L’auto-médicamenteuse, c’est une tout autre histoire ! En fait, c’est tout le contraire de son homologue masculin ! En résumé, elle serait plutôt comme ça :

    1) l’auto-médicamenteuse n’est pas égoïste. Oh que non ! Elle veut partager ses remèdes miracles. Avec ses enfants, son homme, ses amis, ses collègues… ! D’ailleurs elle ne se contente pas d’attendre la demande, elle la devine, elle la provoque. Face à la moindre résistance, elle insiste, elle explique, elle démontre que ce produit à base de plantes ne présente aucun danger pour l’organisme et qu’on aurait vraiment tort de ne pas l’essayer. Non, vraiment, on ne peut pas reprocher à l’auto-médicamenteuse de vouloir garder pour elle ses secrets de santé !

    2) L’auto-médicamenteuse n’aime pas les médicaments connus ! Non, les trucs bêtement efficaces que les médecins prescrivent à tour de bras ne lui inspirent pas confiance. Elle ne les refuse pas, à proprement parler, mais on sent chez elle une certaine réserve, une légère méfiance, même.
    Par contre, la phytothérapie, l’homéopathie, les infusions, les huiles essentielles, les concentrés de plantes asiatiques, les recettes de grand-mères et les produits vendus en PARApharmacie, à ça oui, elle fait confiance !! une confiance aveugle ! Et elle vous garantit que cela vous soignera aussi bien et aussi vite que vos médicaments "allopathique", mais avec les effets secondaires en moins ! C’est pas génial, ça ?

    3) L’auto-médicamenteuse est une pharmacie ambulante. Où qu’elle soit, au boulot, en vacances, chez des amis, elle a toujours avec elle le petit remède de derrière les fagots à vous conseiller, toujours dans sa besace le produit pour contrer efficacement le malaise improbable qui vous tombe dessus. Une crise de flatulence extrêmement gênante ? une douleur musculaire que rien ne laissait prévoir ? des lèvres gercées en plein été ? Pas de souci, elle a ce qu'il faut ! 

    Mais n'allez pas croire qu'elle a une valise pleine de médocs ! Non, non ! elle a juste dans son sac LA gélule efficace pour la petite contrariété dont vous souffrez. 

    4) L’auto-médicamenteuse refuse absolument de donner ses sources. Ca doit être déontologique, car cela ne souffre aucune exception ! C’est véritablement perdre son temps que de lui demander quel médecin ou quelles amies lui ont conseillé le truc qu’elle essaie de vous faire avaler à tout prix. La réponse sera invariablement "essaie, tu verras !"  

    - Oui mais tu tiens ça de qui ? de ta grand-mère, d’une amie, d’un sorcier vaudou, d’un moine tibétain ?

    - Essaie, tu verras !

    Vous voulez que je vous dise ? L’auto-médicamenteuse est douce, maternelle, féminine, empathique, aimante ! Elle n’a qu’un défaut : elle est très très chiante par moment !

     

    « Y en a certains qui aiment...L'ogresse et la Mante, les femmes de ma vie »