• Mémé Mariane dans les orties

    Je vais y aller, à cette manif ! Si on peut appeler ça manif.

    Et ce pour au moins mille et une raisons :

    - Déjà pour voir la gueule de Mélenchon quand il verra que la manif a rassemblé 20 fois plus de participants que les siennes dans ses rêves les plus fous et pouvoir dire que j'y étais pour quelque chose

    - Et puis une manif où, pour une fois, les chiffres des organisateurs coïncideront pile poil avec ceux de la police, avouez que ça mérite le détour !

    - Et puis c'est quand même une manif à laquelle même Marine Le Pen voulait participer ! Qui je serais, moi, pour ne pas y aller ?

    - Et puis ça fait tellement longtemps que je n’ai pas participé à une manif ! Mmmm l'odeur âcre du lacrymo, celle de la merguez… les cars de CRS alignés dans les rues adjacentes, les mouvements de panique, les casseurs au loin avec leurs foulards sur le nez, le service d'ordre avec les brassards rouge, les filles qui vous prennent par le bras en vous disant "on avance, camarade"... Ahlala toute ma jeunesse lycéenne et étudiante...

    - Je vais même peut-être chanter :
    Djihadiste, si tu savais, tes mena-ces, tes mena-ces
    Djihadiste, si tu savais, tes menaces où on t'les met
    Au cul, au cul, aucune hésitation

    - Oui, bon je sais, je sais... ce ne sera pas exactement ce genre de manif, ce sera plutôt un défilé de notables, mais ce sera pour moi une marche pacifique pour faire un doigt d'honneur à tous les trous du cul qui prétendent que les Français sont terrorisés et n'osent plus sortir de chez eux,

    - Un doigt d'honneur à la vermine djihadiste internationale pour lui signaler que, quelque soit son pouvoir de nuisance, nous avons la volonté et les moyens de les éradiquer.

    - un doigt d'honneur pour dire à d'autres, chez nous, que la lutte contre le terrorisme se fera avec nos valeurs et pas avec celles des néo-nazis.

    - Bref, un doigt d'honneur pour dire, à bon entendeur, que Mémé Marianne est bien gentille, mais qu'il ne faut pas la pousser dans les orties !

    « Pendant la crise, l'humour continueJ'y étais »