• Plaidoyer en faveur de... l'industrie pharmaceutique !

     

    Incroyable ! l'industrie pharmaceutique a enfin trouvé un défenseur en la personne de Carlus, avocat du Diable :

     ____________________________________________________

     

    Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs du jury

     

    La tâche qui est la mienne aujourd’hui n’est pas facile ! Non, elle n’est pas facile, je vous l’assure !

    En vérité, en acceptant d’assurer la défense de mes riches clients, je ne risque rien de moins que de voir tous mes amis se détourner de moi, rien de moins que d’être désigné à l’opprobre public, rien de moins que d’être considéré comme le complice actif du crime organisé !

    Car c’est bien de cela que mes clients sont accusés, n’est-ce pas ? Ce que les journalistes dévoilent, ce que les blogueurs dénoncent, ce que vous avez à juger aujourd’hui, ce sont des crimes prémédités, de la corruption aggravée, des profits usurpés !!!

    Non, en vérité, ma tâche ne sera pas facile !

    Elle ne sera pas facile, car je suppose qu’aucun d’entre vous, Mesdames et Messieurs les jurés, n’a eu le malheur de voir un de ses proches atteint d’un cancer et le bonheur de le voir guérir de ce cancer ! De le voir guérir d’un cancer qui, il y a quelques décennies à peine, conduisait à une mort douloureuse et inéluctable !

    Non, ma tâche ne sera pas facile, je vous le dis, car je sais — oh, je sais ? je suppose !- qu’aucun d’entre vous n’a un voisin qui est séropositif depuis 10 ou 15 ans. Et aucun d’entre vous ne se souvient (à quoi bon ? c’est de l’histoire ancienne !) qu’il y a quelques années à peine, un séropositif avait une espérance de vie qui ne dépassait pas deux ou trois ans !

    Non, je vous le dis avec résignation : je ne réussirai pas à trouver ne serait-ce que des circonstances atténuantes à mes clients ! Car je fais l’hypothèse qu’aucun d’entre vous n’a eu un père insuffisant rénal, ou un époux souffrant de problèmes cardiaques, ou une compagne atteinte d’ostéoporose !

     

    Mais je sens que je vous lasse ! Quel rapport, vous demandez-vous, y a-t-il entre ces maladies redoutées (et pour tout dire, terrifiantes !) que je suis en train d’évoquer et mes clients ?

    "Bien sûr, me répondez-vous in petto, que nous avons connu, directement ou à travers un proche, la maladie, la souffrance, l’angoisse de la mort ! Et le bonheur de la guérison, de plus en plus souvent !"

    Mais, quoi ? répondez-vous aussitôt, l’industrie pharmaceutique n’y est pour rien ! Ce sont des elfes et des fées qui nous apportent dans une corbeille fleurie les médicaments nouveaux ! Les actionnaires ne font que prélever des profits au passage ! Ce sont des enchanteurs et des magiciens qui trouvent les formules et les recettes pour nous guérir, et les rapaces des conseils d’administration ne font que s’approprier leurs brevets pour leur plus grand profit !

     

    Eh bien non, Mesdames et Messieurs les jurés, je vais en ce jour vous faire une terrible révélation : ce ne sont pas des elfes et des fées qui mettent à notre disposition les médicaments qui nous guérissent ! Ce ne sont pas des enchanteurs et des magiciens qui trouvent les formules qui nous permettent de vivre plus longtemps et en bonne santé !

    C’est l’argent des uns et les talents des autres, des sommes considérables apportées par les uns et le talent, l’intuition, le génie des autres. C’est l’industrie pharmaceutique, mesdames et messieurs !

     

    Oh je sais, une fois le choc passé, ce que vous pensez : "mais ne pourrait-on pas faire la même chose, inventer des médicaments nouveaux, guérir de nouvelles maladies tous les jours en enlevant toute notion de profit et de bénéfice ? Ne pourrait-on pas créer une association loi de 1901 pour faire de la recherche médicale une activité bénévole ? ou, mieux encore, en faire une des branches de la fonction publique à l'instar de l'administration fiscale ou de celle des Eaux et forêts ?"

    Non, Mesdames et Messieurs, on ne peut pas, je vous le garantis ! Ce n’est pas une bonne idée que de confier le secteur la recherche à des fonctionnaires ! Oh, entendons-nous bien : je n’ai rien contre eux ! Ils sont absolument indispensables et ils savent exécuter les tâches qui leur sont confiées avec une efficacité digne du plus grand respect quand il s’agit de récolter l’impôt et de pondre des circulaires ! Mais, croyez-moi je vous en conjure, ce ne sont pas les bonnes personnes pour trouver et créer des médicaments innovants !

    Je n’ai pas le temps de développer ce point mais sachez que si c’était le cas, l’ex union soviétique ou la Chine d’aujourd’hui seraient devenues des leaders en matière de découverte médicale ! Vous savez qu’il n’en est rien et qu'on en est même très très loin !

     

    Alors, Mesdames et Messieurs les jurés, je vous en conjure, au moment de juger, sachez faire la part des choses, sachez punir les comportements coupables de quelques-uns sans y associer tout le secteur de la recherche médicale !  Sanctionnez les excès des uns, la rapacité des autres sans vous sentir obligés de manifester de la méfiance et de l’hostilité envers toute la profession !

    Et enfin, Mesdames et Messieurs les jurés, avant de les clouer au pilori, avant de les désigner comme des marchands de mort,  prenez en considération le nombre innombrable de vies (de nos vies, la vôtre, la mienne, celles de nos enfants) qui ont été rallongées, améliorées ou sauvées par leurs découvertes !

     

    Carlus (qui, de temps en temps, aime bien se faire maître )

    « Ma plante verteLa féminisation des noms de métiers a encore frappé »