• Valls ou Fillon ?

     

    Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai été heureux d’apprendre aujourd’hui que j’étais sur la même longueur d’onde que Finkielkraut concernant l’élection présidentielle. Et quand je dis que je ne sais pas, c’est une formule ! En vérité, je sais : les grands esprits se rencontrent ! smile

    Valls et Fillon ont plus de points communs qu'il n'y parait. Ce sont les deux candidats les moins démagogues, les plus courageux, bref, les plus sérieux actuellement en lice.

    Ils sont tous les deux en rupture avec les politiciens minables de leurs partis respectifs qui font pression sur eux pour qu’ils fassent des promesses qu’ils ne pourront pas tenir. Ils ont des convictions et le courage de leurs convictions. Ils ont un cap et le garde en dépit des difficultés.

     

    Sur le plan économique, ils sont conscients, chacun à leur façon, que le redressement économique de la France passe par son désendettement, c’est-à-dire par la baisse de la dépense publique et par la baisse des charges et de la bureaucratie qui pèsent sur les entreprises.

     

    Sur le plan sociétal, ils sont les seuls à avoir de vraies convictions laïques et anti-islamistes, les seuls à nommer les salafistes ET les Frères Musulmans. Pour tous les autres, ce problème est soit un petit fonds de commerce minable, soit une posture, soit un non-problème.

     

    Ma préférence absolue va à Manuel Valls, plus moderne, plus progressiste, très rocardien, très impliqué ces derniers temps dans la lutte contre les ringards et les connards de gauche, lutte que je soutiens, même s’il ne l’a pas gagné cette fois-ci.

    Mais hélas, ses chances sont nulles d’arriver ne serait-ce qu’au premier tour de l’élection, car il a à se battre contre des frondeurs aussi démagogiques qu’incompétents, contre un admirateur de Castro et Chavez, contre un candidat-coucou qui a su s’approprier des idées et des formules préparées par d’autres.

     

    Alors malgré le soutien de la manif pour tous, malgré Sens commun, malgré "l’opposition personnelle" à l’IVG, malgré l'attrait pour la course automobile, malgré plein de petites choses encore, pour moi ce sera Fillon !

    Fillon l’austère, Fillon le catho, Fillon l’inflexible !

     

    « Les (très petits) paradoxes de 2016La Bérézina »