• Vive le grand directeur de cabinet Macron !

     

    Les présidents français sont des bêtes politiques. Je parle de leurs personnalités, pas de leurs opinions. Des gens qui ont un ego démesuré, qui sont dans le combat politique depuis longtemps, qui n'ont jamais eu peur d'affronter le suffrage populaire, qui savent prendre et donner des coups.

    Pour les aider dans la tâche difficile qui est la leur, ils ont une équipe de collaborateurs chapeautée par un majordome en chef appelé Secrétaire général de la présidence de la République. Il s’agit de gens brillants, compétents, travailleurs, mais qui n’ont pas la fibre politique. Un secrétaire général de l’Elysée est un fidèle, un soumis, un larbin. Ca se comprend, quand le président prend une décision, c’est le chef de cabinet qui s’occupe de la paperasse, des contacts, des coups de fil. Dans l’autre sens quand on veut être reçu par le président ou lui laisser un message, c’est le secrétaire général qui filtre. Il est souvent l'exécuteur des basses œuvres du Président. Il ne faut donc pas qu'il soit  un rétif, un insoumis, une forte tête.

    L’éminence grise qu’est le secrétaire général, est au courant de tous les secrets, officiels et officieux, organise toutes les rencontres discrètes, fomente tous les coups bas.

    Alors forcément, dans sa tête de larbin arrogant, il finit par penser que c’est lui qui dirige la France et que le président fainéant n'en fout pas une et se repose entièrement sur lui. Pour lui, la lutte politique se résume à deux choses , UN " j’ai des dossiers compromettants sur tout le monde" et DEUX "je sais où trouver l'argent ". Pour lui, il fait partie des  grand de ce monde parce qu'il connait les secrets d’alcôve du président du conseil italien et peut appeler sur sa ligne directe le chancelier allemand.

     

    Alors forcément, à un moment ou à une autre, quand son maître a disparu (physiquement ou politiquement) il lui vient une idée un peu folle : "Et si je me lançais ? Après tout, pourquoi pas moi ! Il n’y a pas si longtemps que ça, la plupart des autres candidats faisaient les pieds de grues devant ma porte… ! Qu’est-ce qu’ils ont de plus que moi ?

     

    Et ils se lancent, les pauvres !

     

    Michel Jobert, secrétaire général de la présidence Pompidou

     

    Edouart Balladur, secrétaire général de la présidence Pompidou

     

    Dominique de Villepin, secrétaire général de la présidence Chirac

     

    Ils ont tous explosé en plein vol et parfois même avant d'avoir décollé

    Tous le même profil ! Ils ont été secrétaire général de l'Elysée, ils ne se sont jamais présentés à une élection locale,  ils se sont laissés griser par des sondages précoces, ils ont sous-estimés les capacités de nuisance de leurs adversaires et ils se sont ridiculisés en bout de course !

    Et aujourd’hui… last but not least

     

    Emmanuel Macron !

      

    J’ai parié avec tous mes potes que même s’il réussit à passer le cap des 500 signatures et à trouver l’argent pour faire campagne, il finira avec un score compris entre 5 % et 7 %.

     ____________________________________________________

     

    PS : Ceci dit, j’avais aussi parié que Sarkozy ne deviendrait jamais président. Et pour Trump, heureusement que personne ne m’a proposé de parier car je n’aurais pas hésité à miser la totalité de mon Livret Développement Durable sur sa défaite.

    « Pauvre prolétariat !Pauvre Europe ! »