• Chrétiens d'Orient

    Ils habitent des petits villages perchés aux flancs de montagnes abruptes avec vue panoramique sur les plaines environnantes.  Question de survie, expliquent-ils. Depuis longtemps.

    Ils déclarent à tout le monde qu’ils étaient là avant les autres. Mais tout le monde s’en fout. C’est vrai, quelle importance, maintenant ?

    Les intellectuels issus de leur rang ont été de tous les combats contre la colonisation, contre le sionisme, pour la démocratie et pour le socialisme. Ils étaient membres fondateurs et idéologues du parti Baas, premier ministre de Sadam Hussein, grand argentier d’Hafez El Assad, chef de la diplomatie d’Hosni Moubarak.
    Mais ils restent profondément méfiants envers le pouvoir politique qui les a toujours désignés comme boucs émissaires en temps de crise. 

    Au Liban et en Syrie, ils se revendiquent descendants des Phéniciens, peuple de navigateurs qui parcourut le monde non pas pour le soumettre ou le coloniser mais pour y établir des comptoirs commerciaux.
    Et de fait, quand ils émigrent, c’est souvent pour faire du commerce et pas pour vendre leur force de travail.

    Ils ont souvent de la famille à l’étranger. Des hommes partis par vagues successives vers l'Amérique, ou le Brésil ou l'Argentine, ou le Mexique ou les îles de la Caraïbe, parfois vers l'Europe, pour fuir les persécutions religieuses… ou pour chercher fortune. L’un n’empêchant pas l’autre.

    Ils ont vécu le génocide arménien comme une blessure intime et aujourd'hui encore un arménien, où qu'il soit dans le monde, est d'office leur ami.

    Ils sont souvent islamophobes primaires ("ils sont fourbes… en cachette ils boivent du vin, mangent du porc et pratiquent la sodomie…") mais ont tous de nombreux amis musulmans ("oui mais lui, il est différent… Celui-là, il n’est pas comme les autres…")

    Ils se disent plus modernes que leurs compatriotes musulmans. Et la seule preuve qu'ils apportent est que leurs femmes ne se cachent pas les cheveux sous un voile, sauf à l'intérieur d'une église ! Et de fait, la chevelure abondante des chrétiennes orientales est un vrai régal de beauté et de sensualité !

    Ils aiment la France qui les a traités avec bienveillance pendant la colonisation, et la Russie qui a menacé à plusieurs reprises au fil des siècles d’intervenir en Turquie pour empêcher des massacres de chrétiens orthodoxes.

    Ils ont le sens de la famille et aiment les beaux mariages mais sont souvent, sur la durée, des maris exécrables, autoritaires et jaloux et des épouses acariâtres et vindicatives.

    Ce sont les Chrétiens d'Orient. Les miens. Si lointains et si proches à la fois.



    « Mon pote François VillonLa chute de l'Empire Gaulois »