• J’habite une formule magique

     

    J’habite une blessure sacrée

    j’habite des ancêtres imaginaires

    j’habite un vouloir obscur

    j’habite un long silence

    j’habite une soif irrémédiable

    j’habite un voyage de mille ans

    j’habite une guerre de trois cents ans

    j’habite un culte désaffecté

     ...

    j’habite de temps en temps une de mes plaies

    chaque minute je change d’appartement

    et toute paix m’effraie

    ...

    j’habite  une vaste pensée

    mais le plus souvent je préfère me confiner

    dans la plus petite de mes idées

    ou bien j’habite une formule magique

    les seuls premiers mots

    tout le reste étant oublié

    ...

    j’habite l’embâcle

    j’habite la débâcle

    j’habite le pan d’un grand désastre

     

    Moi, laminaire – Aimé Césaire (1982)

    « Après le balMes conseils à Baudelaire »