• Permutations religieuses

     

    Parfois je me dis, vu l’état d’esprit dans lequel je suis aujourd’hui, qu'en remontant dans le temps :

    - Si j’avais été un Romain des premiers siècles ab Urbe condita, j’aurais été fermement opposé à ce que ma cité s’approprie purement et simplement tous les dieux grecs en changeant seulement, summum du ridicule, leurs noms.

    "Peuple de Rome, nous avons été assez forts pour vaincre et soumettre les cités grecques, mais nous ne serions pas assez doués pour trouver nos propres dieux ? Sommes-nous condamnés pour l’éternité à adorer les dieux de ceux que nous avons vaincus ? et reprendrons-nous à notre compte, toute honte bue, le mot d'Horace "la Grèce vaincu a vaincu son vainqueur" ?

     

    - Si j’avais été Gaulois, j’aurais regardé avec tristesse mon pauvre peuple vaincu abandonner progressivement ses dieux et ses druides pour adopter sans vergogne les dieux du vainqueur, les coutumes du vainqueur, le mode de vie du vainqueur.

    "Ô mon fier peuple celte, ô valeureux descendants de Brennus et de Vercingétorix, je vous le dis avec tristesse : la plus grande de nos défaites sera de rester dans l’histoire des Hommes comme des… Gallo-romains, quelle honte !"

     

    - Si j’avais été Franc, j’aurais observé avec beaucoup d’incompréhension et d'hostilité mon chef adopter une religion venue d’ailleurs et qui n’était pratiquée que par les esclaves et le petit peuple des pays que nous avions vaincus.

    "Dis-moi, Clovis, Ô mon roi, que peut bien apporter aux farouches guerriers que nous sommes, cette religion de pleurnichards masochistes (1) ? Avons-nous donc conquis ces territoires juste pour les donner en offrande au Dieu de ta femme ?" (2)

     

    - Si j’avais été un Russe du XXe siècle, j’aurais cru sincèrement que l’humanité en avait définitivement fini avec les religions et autres superstitions pour s’engager de façon irréversible sur la voie de la raison, du progrès technique et de la justice sociale.

    Et j'aurais immédiatement adopté la nouvelle religion qui venait de naître, pauvre naïf  que je suis.

    "Il n’est pas de sauveurs suprêmes

    Ni Dieu, ni César, ni Tribun,

    A part bien sûr Marx et Engels

    Lénine, Staline et Trotsky

    C’est la lutte finaaale…"

     

     

    Si j'étais un Européen du XXIe siècle ( mais ... je le suis, au fait !) je regarderais avec crainte et colère les religions (et parmi elles, la plus stupide) conquérir les esprits avec beaucoup de savoir-faire, d’assurance et d’habileté.

    "Ô vous, leaders avisés et habiles qui avez décidé d'importer une base électorale que vous ne trouvez plus sur place, êtes-vous certains qu’au final ce ne seront pas vos enfants qui serviront de base prosélyte aux prophètes venus d’ailleurs ?"

     

     

    _____________________________________________________

     

     (1) : oui je sais, je sais, mais peut-on vraiment reprocher un anachronisme à quelqu'un qui voyage dans le temps ?

     (2) Clovis même converti n'ayant pas intégré tous les préceptes de sa nouvelle religion, il va de soi que tout de suite après mes propos, j'ai changé d'époque

     

     

     

     

    « Ceux que j'aime : AiméValise diplomatique »