• Dans l'amitié de mes genoux

    En 2006 j'ai parié un resto à la Tour d'argent avec un collègue que jamais Nicolas Sarkozy ne serait président. Heureusement pour moi, le collègue a oublié. Je peux le dire maintenant, il y a prescription.

    Cette fois, j'éviterai de faire le même pari. Peut-être gagnera-t-il, on n'en sait rien. Juppé a l’air si fade. La démocratie a ses règles. Et parmi elles, il y en a peut-être une qui veut que des dizaines de personnages médiocres doivent précéder un bon, qui n'apparaît que de temps en temps.

    Mais de toute façon, j’ai de plus en plus de mal à parler politique. Je ne suis pas assez "indigné" par ce système pour le faire. J'ai en général de la tendresse pour cette démocratie et ses défauts inhérents, pour cette Europe si imparfaite, pour les institutions internationales qui me paraissent si nécessaires dans ce monde dangereux.

    Il n'y a que les extrémistes qui m'indignent. Or pour être intéressant, un blog politique se doit d'être consacré à  des thèses extrémistes.  

    Un blog politique a des règles que je ne pourrai jamais respecter.  Il faut d'abord dénoncer avec rage qui la "classe politique qui nous trompe", qui la "finance internationale qui nous spolie", qui "l'Union européenne et sa bureaucratie" ...! 

    Il faut ensuite suggérer (sans jamais expliciter)  qu'il y a UNE méthode très simple  pour régler TOUS les problèmes.

    Pour moi, tout ça, c'est mission impossible ! 

     

    Alors je vais tenter de faire comme le poète : retrouver mon âme d'enfant

    A présent laissez-moi, car j´ai affaire : 

    un insecte m´attend pour traiter. 

    Je me fais joie du gros oeil à facettes: 

    anguleux, imprévu.

    Ou bien... j`ai une alliance avec les pierres veinées-bleu:

    et vous me laissez également, assis, dans l’amitié de mes genoux. 

     

    Dans l'amitié de mes genoux

     

     

     

     

     

    « Grand jeu de printemps Le paradis me fait peur »